Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 JUIN 1944 - 53 Fusillés à VALREAS

La Rafle du VEL D’HIV

12 Juillet 2022, 17:38pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Photographie Le Point

Photographie Le Point

Il y 80 ans l’inimaginable se produit par l’homme d’une soi-disant humanité, loin de la bienfaisance envers son prochain. Une période que la France se doit de ne pas oublier.

La rafle du Vélodrome d’Hiver  souvent appelée « rafle du Vél'd'Hiv »

Le 16 juillet 1942, commençait une des plus ignobles actions sur le territoire français – Terre de liberté, de fraternité – L’horreur est encore plus fortuite quand on sait que  le gouvernement de Vichy, sous la houlette du Maréchal Pétain en est l’instigateur sur les recommandations des nazis à la botte d’Hitler, l’extermination des Juifs.

A Valréas la rafle est aussi présente

Le 12 juin 1944, étant auprès de l’Etat-Major allemand installé à la terrasse du Grand Hôtel (1) place du Monument aux Morts de Valréas, en qualité d'infirmière de la Croix Rouge et requise pour différentes coordinations, j'ai constaté au retour d'une recherche de blessés et de morts dans la campagne, que plusieurs personnes étaient groupées à la hauteur du garage de l'hôtel: hommes, femmes, dont une jeune femme avec deux jeunes enfants, ce qui m'avait frappée. J'ai demandé au lieutenant interprète ce dont il s'agissait. Il m'a répondu ; « Ce sont des juifs, nous les emmenons ». En effet, plus tard, avant que les occupants commencent à partir, ces personnes ont dû monter dans un camion qui attendait à la hauteur de l'actuelle caserne des pompiers. Ayant été appelée à l'hôpital, j'ai constaté à mon retour que le camion n'était plus là. Je ne connaissais aucune de ces personnes nominativement, mais j'avais eu l'occasion de les voir dans la rue ou chez les commerçants.

Valréas, le 29 juin 1984 signé J Rutschi-Talmon – Vice-Présidente ANACR Valréas

Valréas et la législation discriminatoire envers les Juifs - 12 JUIN 1944 - 53 Fusillés à VALREAS (over-blog.com)

 

Voir les commentaires

Le passé nazi s'infiltre dans les communes

5 Juillet 2022, 16:12pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Mur des Fusillés 12 juin 2022

Mur des Fusillés 12 juin 2022

Plus de 80 ans après, nous constatons que dans bien des communes il est découvert un peu tardivement, d'anciens nazis "infiltrés" dans la vie communale. Ceci est du à l'ouverture de documents au grand public et bien souvent mis en ligne sur divers réseaux internet par lesquels nous en prenons connaissance et nous nous devons d'intervenir en dénonçant de tels agissements de ces personnes qui ont eu un passé de tortionnaire pendant la seconde Guerre mondiale.

Ce que la commune d Habsheim en Alsace vient de s'apercevoir de cet étrange passé d'un ancien nazi, nous rappelle "l'infiltration" dans un comité de jumelage entre une ville allemande et une ville français du Lieutenant Helmut Demetrio, appartenant à la 8ème compagnie Brandebourg qui a sévi par ses diverses actions de massacres atroces dans le Sud de la France, et également présent lors de la fusillade du 12 juin 1944 à Valréas.  

(...) Le 18 juin 2018, j’adresse une lettre(1) à monsieur le maire de Saint Riquier dans la Somme, région Haut-de-France au vu de mes recherches sur le Lieutenant Helmut DEMETRIO officier de la 8ème Compagnie Brandebourg qui a sévit dans le Sud de la France et notamment présent lors du massacre de Valréas. .

J’ai pu découvrir que la ville de Saint Riquier était jumelée avec la ville de Stutensee-Friedrichstal en Allemagne, mais ce qui m’a le plus marqué c’est de voir dans le Comité de jumelage allemand la présence d’Helmut Demetrio, ce jumelage a été créé en 1982. (...)  Helmut Demetrio, au Conseil d'administration du jumelage d'une ville allemande avec une ville française - 12 JUIN 1944 - 53 Fusillés à VALREAS (over-blog.com)

 

 

On oublie pas, on ne pardonne pas!

Voir les commentaires

L'activité des Paysans pendant la période du Maquis

2 Juillet 2022, 14:59pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

 Photographie Famille Mireille Ferlay  -  Émile Ferlay devant la ferme de ses parents, route de Taulignan (26), en 1943. Fusillé le 12 juin 1944 à Valréas (Vse), il avait 19 ans.

Photographie Famille Mireille Ferlay - Émile Ferlay devant la ferme de ses parents, route de Taulignan (26), en 1943. Fusillé le 12 juin 1944 à Valréas (Vse), il avait 19 ans.

N'oublions pas tous ces paysans qui ont ravitaillé les divers maquis, pendant cette période de l'occupation allemande.

Ils hébergeaient et nourrissaient tous ces jeunes réfractaires du service du travail obligatoire (STO) en prenant des risques consi­dérables pour leur famille et eux-mêmes.

Marius Monnier de la Côte, faisait partie de ces nombreux paysans courageux.

Je soussigné Amédée Tena, né le 13 août 1908, à Montségur-sur-Lauzon (Drôme), ex-chef du Secteur « Sud Drôme » de la Résistance Mouvement A.S., expose et atteste ce qui suit : dans mon secteur « Sud Drôme » le mouvement est parti de Valréas et du « Comité directeur » clandestin mis en place par moi-même, dès le début de 1943.

Dans ce comité, M. Groener Jacques était responsable du ravitaillement de nos maquis (Lance, Estelon, Sainte Jalle – 50 réfractaires le 5 mars jusqu'à 245 fin 43). Il a lui-même prospecté les fermes de la région et créé des centres de ramassage : à Saint Paul Trois Châteaux chez Sourdon, à Valréas chez Monnier, à Taulignan chez Gras Louis (arrêté avec sa femme le 20 janvier 1944, mort en déportation)

J'affirme par ce nouveau certificat que Monnier Marius est resté un membre actif et militant de la Résistance depuis le début de 1943 en collectant du ravitaillement (y joignant sa large part gratuitement) et en hébergeant des réfractaires.

Il convoyait lui-même ce ravitaillement toutes les semaines avec son cheval et sa jardinière jusque chez notre ami Louis Gras de Taulignan, qui lui-même la nuit l'acheminait vers les maquis (...)

 

 

Voir les commentaires

Manifestation le 11 novembre 1942, à Valréas

1 Juillet 2022, 09:53am

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Le 24 novembre, 1942 le chef d'escadron commandant la gendarmerie du Vaucluse signale au Préfet, qu'après une importante distribution de tracts à Bollène et Valréas dans la nuit du 8 novembre " une manifestation a eu lieu à Valréas, où une centaine de personnes se sont rassemblées le 11 novembre au monument aux morts, malgré la présence de deux gendarmes qui, débordés, n'ont pu empêcher le dépôt de deux gerbes de fleurs. L'instigateur de cette manifestation a été immédiatement l'objet d'une mesure d'internement administratif…

Dans plusieurs centres importants (Avignon, Apt, Carpentras, Bollène, Cavaillon, Pertuis, Vaison) des manifestations semblables auraient eu lieu certainement si des forces de police importantes n'avaient été déplacées…" Des républicains espagnols, des immigrés italiens comme Angelo de Picolli qui, en 1943, refuse de faire son service militaire dans l’armée italienne et rejoint le camp des italiens n° 13 au maquis de la Lance. Affecté au bataillon FTPF Morvan, il participe à de nombreux combats pour la libération de Nyons et la reconquête de la base aérienne d’Orange.

Le commissaire spécial des R.G. (Renseignements Généraux) du Vaucluse signale dans son rapport les faits suivants : « Le 15 novembre 1943, deux inconnus masqués et armés ont emporté une quantité relativement importante de tabac, chez M. Giflet débit de tabac, cours du Berteuil à Valréas. 35 Le 24 novembre, M. Niel, maire de Valréas, a trouvé dans sa boîte aux lettres une enveloppe contenant 3 000F à remettre à M. Giflet pour le dédommager « des moyens employés lors de l’agression armée, ayant occasionné la saisie de son tabac pour les patriotes ».

29 FEVRIER 1944 : « Vers 16 h, M. R…, épicier en gros, a été arrêté entre Sérignan et Ste Cécile les Vignes par cinq individus armés. Ils ont obligé M. R… à leur remettre son véhicule ». Cette action a été réalisée par deux maquisards du maquis Morvan. « Ah ! C’est le maquis, eh bien vous n’avez qu’à tout prendre » dit le chauffeur qui descend suivi de son passager.

20 MARS 1944 : « Une dizaine d’individus armés se sont présentés chez M. V… à Richerenches et se sont emparés de trois porcs, de diverses provisions, d’une camionnette et d’une bicyclette.

MAI 1944 : « Le 15 mai 1944, vers 17h30, une douzaine d’individus armés attaquent le garage B… à Valréas et emportent 700 litres d’essence. Le même jour, vers 18h, quatre individus s’emparent de la voiture automobile de M. T…, agent d’assurances à Valréas ». 3

Voir les commentaires