Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Valréas 12 juin 1944 - 53 fusillés

Que le souvenir perdure

23 Janvier 2018, 16:52pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Article La Provence - Assemblée des Familles de Fusillés

Article La Provence - Assemblée des Familles de Fusillés

Une erreur s'était glissée dans la composition de la page Haut Vaucluse. le document photographique illustrant l'assemblée générale de l'association des familles de fusillés, n'était pas le bon. En tant que petit-fils d'un lithographe-imprimeur et neveu d'un imprimeur (Alfred Buey - fusillé le 12 juin 1944 à Valréas), je me suis permis "d'arranger" cette erreur en incluant la photo prise par la correspondante de presse. 

 

 

Voir les commentaires

Nous avions notre imprimerie clandestine à Valréas .

22 Janvier 2018, 10:27am

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Constant Edouard Roger alias Roger Calas, fusillé le 12 juin 1944 à Valréas (Vse)

Constant Edouard Roger alias Roger Calas, fusillé le 12 juin 1944 à Valréas (Vse)

Amédée Tena, résistant de la première heure, met sur pied dès décembre 1942 une organisation de résistance du Haut Comtat et du Nyonnais, créée hors partis politiques et coiffant des comités locaux à Valréas, Montségur, Taulignan et Le Pègue. La première réunion a lieu sous la présidence du pasteur Seignol. Une dizaine d'hommes y assistent venant des cantons de Saint-Paul-Trois-Chateaux, Valréas et Nyons, tous participant à l'aide aux juifs.
Une imprimerie clandestine installée à Valréas fournira de faux papiers est de fausses cartes d'alimentation aux persécutés.

Dans le secteur de Valréas, un groupe de l'Armée Secrète est constitué à l’initiative du pasteur Bonifas. Les réunions clandestines ont lieu chez le pasteur Seignol1 : y participent Amédée Tena, industriel à Montségur-sur-Lauzon, Georges Guibal, le docteur Quet, Louis d’Isernia, imprimeur à Valréas, Louis Clarice, Robert Vigne, notamment.Ils organisent le passage à la clandestinité des réfractaires au STO. Louis d’Isernia imprime clandestinement (malgré le rationnement de l’encre et du papier) des tracts, puis de fausses cartes d’identité pour des familles juives réfugiées dans le nord-Vaucluse et dans la Drôme. Plus tard, après la Libération,Amédée Tena dira « nous avions notre imprimerie clandestine à Valréas » et « ces fausses cartes étaient plus vraies que nature ». Il faut souligner l’engagement de la communauté protestante dans l’aide apportée aux Juifs pourchassés par l’État français.

En février 1943, le groupe adhère à l’Armée Secrète (AS) par l’intermédiaire du capitaine Descours. Le chef de secteur est Amédée Tena.
Il participe à la création d’un maquis à la montagne de la Lance, puis propose un rapprochement avec les maquis organisés par les FTPF à la Lance également.
L’AS reçut ses 1ers parachutages en septembre 1943 ce qui permit d’améliorer les conditions de vie des réfractaires.
Les fonds étaient centralisés chez Andrée Chambon2 (employée à la coopérative Charasse), les armes stockées chez Gabriel Gilles à Montségur.
 

1 Pasteur Seignol alias « Franck » ; Notes du discours prononcé par FRANCK (1) à la journée de la Libération de VALRÉAS – Livre : Valréas se souvient – Recueil de témoignages et documents

    2 Mademoiselle Andrée Chambon née le 22 septembre 1901. Elle servit la Résistance en accueillant les hommes de l'armée secrète des montagnes de la région nyonsaise qui avaient un code convenu pour se faire ouvrir la porte. Elle les restaurait et leur procurait ravitaillement par l'intermédiaire des fournisseurs valréassiens ; bouchers, épiciers, boulangers favorables à la Résistance. Elle était indicatrice des mouvements de la Gestapo favorisant ainsi la fuite de certaines personnes menacées. Enfin et surtout elle avait organisé chez elle une infirmerie où elle hébergeait les résistants malades que le docteur Gluge, Juif et résistant lui-même, visitait journellement. Le 12 juin 1944, désignée comme infirmière, elle est partie avec les résistants. Stoppée avec tous les autres sur la route de Nyons, arrêtée et ramenés au Monument à l'hôtel Thomassin, surveillée par un soldat allemand, l'arme au poing, elle a assisté atterré et impuissante à la fusillade. Au bout d'un certain temps, qu'elle ne peut définir, elle s'est rendu compte que les Allemands étaient partis en l'oubliant volontairement ou involontairement. Elle n'a jamais su. – Livre : Valréas se souvient – Recueil de témoignages et documents

    1.  

      Voir les commentaires

      Assemblée générale des Familles de Fusillés Valréas

      20 Janvier 2018, 09:52am

      Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

      Article Vaucluse-Matin

      Article Vaucluse-Matin

      Voir les commentaires

      Assemblée générale des Familles de Fusillés

      18 Janvier 2018, 14:03pm

      Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

      Article La Tribune

      Article La Tribune

      Voir les commentaires

      12 juin 1944 - Bulletin n° 14 / 2017

      16 Janvier 2018, 18:33pm

      Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

      Voir les commentaires

      LÉGION D’HONNEUR: LE SCANDALE !

      7 Janvier 2018, 10:44am

      Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

      Comme l’avait écrit monsieur Pierre Gabert, Maire de Pernes-les-Fontaines, à Emmanuel Macron le 13 novembre 2017 : « Monsieur Meyer, modeste paysan qui n’a fait que le bien autour de lui, est un grand Français qui mérite amplement la Légion d’Honneur, dans les meilleurs délais, compte tenu de son grand âge ».

      Alors que Sylvain Meyer, le « commandant Gervais », ancien résistant FTP, et militant communiste de la première heure, vient d’apprendre par l’ANACR qu’il n’a pas été possible au Ministère des Armées de retenir son nom pour l’attribution de la Légion d’honneur, la lecture des noms de la promotion de Noël laisse pantois, qui montre que plus de 30% des élus le sont eu égard à leurs responsabilités dans le monde de l’industrie et du commerce et qu’il vaut mieux être animateur TV, chanteur ou pâtissier plutôt qu’ancien résistant ou déporté pour se voir distingué.

      S’être engagé contre la Bête immonde, avoir pris tous les risques, y compris celui de la déportation et de la mort, qu’est-ce que cela pèse face au coup de téléphone de l’ « animateur » Cyril Hanouna à Macron pour lui souhaiter un Bon Anniversaire en direct, qui explique sans doute pourquoi le père du susnommé vient de se voir décorer.

      Monsieur Hanouna père a exercé la médecine générale près de 40 ans. C’est louable et sans aucun doute méritoire. Mais il existe une médaille du Travail !  Et la distinction de chevalier des Arts et des Lettres pour les chanteurs, musiciens, écrivains!  Sans compter le Mérite agricole !

      La réalité est triste et un seul mot s’impose : INDIGNATION !

       

      Voir les commentaires