Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 JUIN 1944 - 53 Fusillés à VALREAS

LE 27 MAI JOURNÉE NATIONALE DE LA RÉSISTANCE

24 Mai 2022, 15:37pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

LE 27 MAI JOURNÉE NATIONALE DE LA RÉSISTANCE
LE 27 MAI JOURNÉE NATIONALE DE LA RÉSISTANCE

Le 19 juillet 2013, la République française instaurait le 27 mai correspondant à la date anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance à Paris et de sa première réunion au 48, rue du Four sous la Présidence de Jean Moulin le 27 mai 1943, comme « Journée Nationale de la Résistance ».
Cette revendication était formulée dès la libération par la quasi-unanimité des organisations de la Résistance et de la déportation. Le 6 juillet 1949, de nombreuses personnalités recouvrant toutes les sensibilités des organisations résistantes ont lancé un appel « pour une grande journée nationale de la Résistance et inviter l’Assemblée nationale à décider que cette journée nationale serait dorénavant une fête analogue au 14 juillet mais consacré au souvenir de tout ce qu’a été la Résistance ».

Se souvenir, pourquoi ?

Citons la parole du poète et Résistant, Jean MARCENAC :
« Événement majeur de notre histoire, la Résistance n’est pas seulement l’affaire de ceux qui la vécurent, y participèrent, l’organisèrent. Bien au-delà du souvenir, elle continue de génération en génération, à dispenser à tous son lucide enseignement. Cet événement majeur réclame un moment fort au cours duquel chacun puisse, non seulement l’honorer et le célébrer mais avant tout le comprendre ! Incessante pédagogie de l’espoir, la Résistance reste à l’œuvre dans la mémoire collective des français. Elle est une des forces profondes qui structurent notre durée, proclament notre passion de la liberté et donnent un sens véritable à notre héritage. »


 

Voir les commentaires

Cérémonie de la commémoration des 53 fusillés du 12 juin 1944 - Valréas

22 Mai 2022, 05:59am

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Cérémonie de la commémoration des 53 fusillés du 12 juin 1944 - Valréas

09 heures 00 Messe à la Chapelle des Pénitents Blancs à la mémoire des Fusillés

10heures 30 Délégation à la cérémonie de la commune de Taulignan (Drôme)

17 heures 00 Rassemblement à la Romezière sous l’égide de l’ANACR

18 heures 00 Départ du cortège au Portalon (hôpital) direction le Mur des Fusillés

(Les familles de fusillés , résistants, internés et déportés ainsi que les résistants, internés, déportés et portes drapeaux se placent en début de cortège, derrière le drapeau de notre association et le drapeau de la ville)

Voir les commentaires

LES RÉSEAUX GILBERT

19 Mai 2022, 16:19pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

A la fin de l’année 1940, le général Huntziger, ministre de la guerre à Vichy, confie au colonel Groussard, chef des troupes de protection du maréchal Pétain, une mission au nom de code «Gilbert». Il s’agit de se rendre secrètement à Londres, d’y rencontrer le général De Gaulle afin de trouver un modus vivendi pour coordonner tous les efforts visant à bouter les Allemands hors de France. De Gaulle lui oppose une fin de non-recevoir.

Lors de l’invasion de la zone sud par la Wehrmacht et les troupes italiennes en novembre 1942, Groussard gagne Genève. Antigaulliste depuis sa mission à Londres, il veut contribuer à libérer son pays sans être en rapport avec le général. Il y rencontre le vice-consul britannique Victor Farrell: ce dernier lui promet une aide financière. Le lieutenant français André Devigny, futur général, le rejoint.

Ces deux officiers ne sont pas formés pour le renseignement. Un Suisse, le capitaine Pierre Clément, sera leur conseiller technique. A eux trois, et grâce aux nombreuses relations militaires du colonel Groussard, ils peuvent jeter rapidement sur la France, mais aussi sur l’Allemagne et l’Italie, le filet des réseaux Gilbert, ainsi dénommés en souvenir de la mission avortée du colonel Groussard à Londres.

Par ce réseau dont il faisait partie, Joseph Eugène ALAZARD alias « don JOSÉ » , a pu prévenir la résistance lors des évènements du 12 juin 1944, malgré son intervention, les ordres n'étant pas arrivés de leurs chefs ou non exécutés par les responsables du groupe qui fut arrêté et par la suite exécuté - Nous "comprenons" les raisons de ce rapport qui accuse sans raison les services secrets anglais dans cette affaire, certainement voulant se déculpabiliser  au vu de la situation dramatique dont ils en auraient une part de responsabilité (?)

 

Voir les commentaires

Joseph Eugène ALAZARD alias « don JOSÉ »

19 Mai 2022, 14:37pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Rapport justificatif

 

Je soussigné, Monsieur SEIGNOL Paul, connu du Haut Commandement Inter-allié sous le nom de FRANCK, certifie que le Commandant Aviateur ALAZARD Joseph Eugène, alias don JOSÉ, a été un résistant depuis le 1er janvier 1943 jusqu'à la libération du Territoire.

 

1°/ - En collaboration étroite avec MM. GRAS Marius, CLARICE, le Dr. QUET, GUIBAL, il a été le fondateur de la résistance de VALRÉAS (Vaucluse). A ce titre, il a contribué à la mise sur pied de l'action dans la région, a établi un plan de destruction des axes routiers et une doctrine d'action de la guerre dans le maquis. A ce moment là, don JOSÉ est entré dans le réseau du Colonel ROGER, collaborateur d'Alfred des F.F.C.

 

2°/ - En mai 1943, je lui ai donné l'ordre d'accepter d'entrer au secrétariat général de l'Aviation, Cabinet du Ministre, afin qu'il puisse nous renseigner. Il a exécuté cet ordre et a consenti à endosser l'étiquette de « Vichyssiste » pour servir encore et toujours la Résistance, sur l'ordre du Général VERNON et du Colonel LAURENT, Chef du 2° bureau actuellement à PARIS, Ministre de la Guerre, ainsi que du Commandant DESCOURS, Gouverneur Militaire de LYON. A ce titre il a renseigné, soit lui-même, soit pars des agents de liaison (Mrs BAZINI de MONTSEGUR (Drôme) OVED de BUIS LES BARONNIES, Françoise TENA de MONTSEGUR etc...) sur les agissements allemands et des fonctionnaires de VICHY. Il a réussi en particulier, à fournir la liste complète et nominative des chefs miliciens départementaux et régionaux ainsi que leurs adresses, liste que la B.B.C. A diffusée dans ses émissions de l'hiver 1943 – 1944.

 

3°/ - En novembre 1943, don JOSÉ a ajouté aux renseignements, qu'il fournissait, des renseignements strictement aéronautiques qu'il passait sous le n° 51 à un service spécialisé de LYON.

 

4°/ - Dénoncé fin Mai 1944 comme collaborateur au plénipotentiaire allemand de la Luftwaffe à Vichy par le Ministre de l'Air Général MONNIOT (voir documents) il n'a du que son salut qu'à la fuite. A ce moment le C.N.R. informé par le professeur SCHMITT de ce changement de situation, don JOSE est nommé par la délégation du C.N.R. À GENEVE et après accord d' ALGER, comme Chef Militaire du département de l'Ardèche. L'ordre a été transmis par SOULIER dit SUFFREN par message chiffré et quelques jours après confirmé à un des membres du C.N.R. Venu de PARIS à GENEVE.

Cet ordre n'est jamais parvenu à don JOSE. Mais il s'est immédiatement rendu utile lors de l'attaque de VALRÉAS, par les groupes Allemands de répression le 12 juin. En effet, le 11 juin au soir, il renseignait lui-même, devant plusieurs témoins à un poste avancé, et sous le feu de l'aviation allemande qui devait se produire le lendemain. Il conseillait une manœuvre en retraite vers le maquis, quitte à faire par la suite un retour offensif. Bloqué par les Allemands le 12 juin, il devait se cacher pendant 15 jours avant de revenir à VALREAS, reprendre la liaison avec le Comité de Résistance.

 

5°/ - Début Août, don JOSÉ assistait à la réunion plénière du comité de résistance de VALREAS à la Roche St Secret où était élaboré le plan de prise de possession du centre, dés la libération et donnait son avis sur les modalités d'exécution de ce plan.

Par la suite, il a participé avec les troupes américaines à la bataille dans le quadrilatère, BOLLENE - NYONS – DIEULEFIT - MONTELIMAR et la population est una­nime à reconnaître que c'est à sa connaissance du pays et de la langue anglaise aussi bien qu'à son action que l'on doit d'abord la rapide fuite allemande dans la région.

Don JOSE était, en effet, le 25 août en liaison avec le Capitaine BRAUER, de l'observatoire d'artillerie de la division américaine d'attaque au nord de MONTBRISON/LEZ (Drôme) à 400 mètres des allemands qui tenaient le pont au JAS.

Je certifie, en conséquence, que le Commandant ALAZARD Joseph alias don JOSÉ est un véritable Résistant et qu'à ce titre il a droit à tous les égards, comme à tous les honneurs civils ou militaires. Le grade de Lieutenant - Colonel serait bien mérité.

D'ailleurs, le Comité de libération de VALREAS s'honore de le compter parmi ses membres et son nom a été homologué comme tel par le Comité départemental de la Drôme et celui du Vaucluse.

 

De plus, il a été désigné par l'arrondissement et le Comité départemental pour être juge à la Cour de justice du Vaucluse où il a siégé.

Il est regrettable que ses fonctions à MARSEILLE l'empêchent désormais de siéger parmi nous.

En foi de quoi nous avons signé la présente attestation.

 

Mr GRAS

Président  du Comité de Libération de VALREAS

 

Mr.SEIGNOL      DocteurQUET              Mr GUIBAL            

                          Maire de VALREAS

 

 

Voir les commentaires

"j'ai fait ce qu'il fallait faire"

16 Mai 2022, 15:30pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Juifs réfugiées à Bollène

 

Témoignage de Rose et Édith , adressé à Floriane Lambert, nièce de la famille Devès (voir La lettre des frères Devès ) Oui, nous sommes des survivants de l'Holocauste. Notre histoire est différente. Nous n'avons pas de numéros tatoués sur les bras, comme la plupart des survivants, mais notre histoire est bien conservée dans nos esprits et nos âmes. Nous allons essayer de vous décrire notre vie durant l'Holocauste, mais parce que depuis le temps a passé, nous allons omettre certains détails.

 

Notre famille vient d'une petite ville en Pologne, Krynki, près de Bialystok. Nos parents sont diplômés de l'école secondaire. Lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté, ils ont tout laissé derrière eux et ont couru profondément en Russie, afin d'être loin de la guerre. C'est là que Rose et moi-même sommes nées dans Twer, entre Moscou et Saint-Pétersbourg. Nous sommes retournées en Pologne en 1921 à Lodz, la deuxième plus grande ville de Pologne. Le père était un industriel, une mère au foyer, à la fois très impliqués dans les organisations civiques et charitables. Tous les deux nous ont assistés et nous sommes diplômées de lycées privés, comme les Juifs n'ont pas été acceptés dans les lycées publics. (…)

 

Nous sommes arrivées a Bollène vers la fin de mois de Juin ou au début de Juillet 1940. Avec nous était la famille Sapir, le père, la mère, leur fille Esther et le fils Lutek. (…) Les soldats polonais nous ont suggérés d'essayer d’aller à Bollène dans le sud de la France dans le Vaucluse, comme l'armée polonaise y était stationnée, et les gens étaient très gentils avec eux. Il y avait deux voitures pour deux familles, deux chauffeurs, mais il était nécessaire qu’une personne parle le français. Nous étions avec la famille Sapir , arrivés sains et saufs à Bollène partageant la maison de la famille française Devès louée à Sapir, des gens très gentils et très serviables. (…) Les gens dans le village de Bollène étaient très sympa, même la police étaient très gentilles. Mais le 26 Août 1942, vers 2h30 du matin, le chien a commencé à aboyer . Les gendarmes avaient une ordonnance rendue par le bureau du gouverneur d'Avignon, de tous nous arrêter pour la déportation. Une copie de cette ordonnance est maintenant exposée au Musée de l'Holocauste l'Illinois et de l'éducation Centre à Skokie. (…)

 

Notre hôtesse, Mme Devès, réalise la situation , elle pousse Rose et Esther dans sa chambre et la ferme à clef la porte. Moi, j'ai eu une opération de l’appendicite dix jours avant et j'avais un certificat du docteur qu'on ne peut pas me bouger ou transporter. Le fils de Sapir 16 ans fut pris. Il s'échappera du camp des Milles et entrera dans la clandestinité jusqu'à la libération. Nous avons quitté Bollène en cachette. Rose et Esther en voiture conduite par monsieur Valabregue , madame Sapir et moi, pour nous diriger à Perpignan , pour ensuite passer par les montagnes en Espagne. Le guide qui a pris l'argent et devait nous accompagner dans le passage vers l'Espagne nous a dénoncé. On nous a mis en prison. Heureusement pour nous, car quand nous étions en prison on a déporté toutes les femmes et les enfants du camp de Rivesaltes. Après on nous a transporté au Camp de Gurs. La vie était terrible dans les camps et on avait toujours peur d’être envoyé en Allemagne ou en Pologne et on avait toujours faim. Au mois d'avril 1943 on a fait courir le bruit d'une possibilité d’être libéré du camp avec l’autorisation du Préfet de Vaucluse à Avignon. Mme Devès est allée voir le Préfet et lui a assuré que nous ne serons pas a la charge de l'État. Rose et moi nous fumes libérées du camp de Gurs , le 13 Avril 1943. Nous sommes retournées a Bollène a la maison Devès , mais nous n'avons pas dormi a la maison parce que les Allemands venaient souvent a Bollène. On passait la nuit chez Paulette, son mari était un prisonnier de guerre. Monsieur Devès a construit une sortie derrière la maison , pour que nous puissions nous échapper dans les bois en cas que les allemands viennent nous chercher.

 

Une chose que je peux dire c'est que la famille Devès prend une grande place dans nos cœurs. Je me rappelle pendant notre visite en 1980 a Bollène on a dit à Monsieur Fernand Devès que nous étions venues pour le remercier encore une fois et sa réponse : "j'ai fait ce qu'il fallait faire" il était très modeste"

Voir les commentaires

Fusillés-rescapés du 12 Juin 1944 à Valréas

12 Mai 2022, 16:22pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Fusillés-rescapés du 12 Juin 1944 à Valréas

Lors de l’Assemblée Générale du Vendredi 16 janvier 2004

 

Avec l’accord du bureau  :

 

Présidente : Raymonde D’ISERNIA (Fille de Fusillé du 12 juin 1944)

Vice-Présidente : Geneviève MARRO (veuve de Déporté)

Secrétaire : Michel REBOUL (neveu de Buey Alfred Fusillé du 12 Juin 1944)

Secrétaire-Adjoint :André BERGERON (Résistant-Interné‚)

Trésorier : Michel REBOUL

Trésorier-Adjoint : André Salard (Fils de Fusillé du 12 juin 1944)

Porte drapeau : André BERGERON

Porte drapeau-adjoint :  Serge JALIFIER (Fils de résistant-interné)

Membres du Conseil d’administration : Claudine BERTRAND (Fille de déporté), Annie GAMOTY (Fille d’Internée)

 

 

je propose la réalisation de 2 plaques où seront inscrits les 4 noms des fusillés-rescapés du 12 juin 1944, par ordre de décès :

 

Fusillés-Rescapés

 

                   Auguste MARY

                   Gratien SOUREILLAT

                   Emile BOUCHET

                   Joseph COUTTON

 

L’une de ces plaques sera apposée au Mur des Fusillés , sur la partie de droite « Les derniers qui virent tomber leurs camarades ». La seconde au Mausolée entre les deux plaques  anniversaires.

 

                                                                  Valréas le 16 janvier 2004

 

                                                                  Michel REBOUL

                                                                  Secrétaire

 

 

Voir les commentaires

Assemblée générale 2022 de l'association des Familles de Fusillés

10 Mai 2022, 09:39am

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Assemblée générale 2022 de l'association des Familles de Fusillés

L'assemblée générale des Familles de Fusillés (F.F.D.I.R.P.A.), s'est tenue le 7 mai 2022 à 14 heures à la Maison des associations - espace Jean Duffard. Malgré l’annulation de l’assemblée 2021 pour cause de Covid et un retard sur la date habituelle de l’assemblée 2022, celle-ci a été une très belle réunion par la présence  de 13 adhérents, dont 3 nouveaux , Michel Bernard, petit-fils de Jean Margerin, fusillé le 12 juin 1944 (a adhéré en 2021), Zoé Turrel, fille de Georges Gonnet, résistant-combattant, ancien secrétaire de notre association, décédé en novembre 2002 et Bernard Coutton, fils de Joseph Coutton, fusillé-rescapé du 12 juin 1944 et 9 pouvoirs. Son effectif est de 30 adhérents représentant les fusillés, résistants et amis.

 

Présence de Corinne Testud-Robert, Vice-Présidente du Conseil départemental de Vaucluse et Maire de Visan, de Franck Vigne, adjoint délégué aux cérémonies civiques, représentant le Maire de Valréas excusé.

 

L’association se félicite de la cérémonie commémorative du 12 juin 2021, qui a retrouvé par la présence nombreuse, de la population, des portes drapeau, enfants et élus, toute sa reconnaissance à cette tragédie, par laquelle notre association s’honore de s’impliquer pour ne pas oublier et ce malgré les diverses guerres dans ce monde et à l’heure actuelle aux portes de l’Europe où le peuple civil est une fois de plus confronté à la mort ou à l’émigration. On ne peut être que contre ces guerres. Le plus jamais ça est vite oublié !

 

Un appel à candidatures pour le bureau a été demandé, aucun volontaire, le bureau a été réélu à l’unanimité : Michel Reboul président, Martine Margerin secrétaire et Christine Reboul trésorière.

 

A noter : Au vu des élections législatives le 12 juin 2022, la Municipalité de Valréas tient comme notre association à maintenir la date et nous l’en remercions. Aucun changement dans le déroulement.

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Décès de Madame Mireille Garcin, agent de liaison dans la Résistance

5 Mai 2022, 16:16pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Cavaillon, le 10 octobre 2013: Madame Mireille Garcin élevée au grade de Chevalier de la Légion d'honneur

Cavaillon, le 10 octobre 2013: Madame Mireille Garcin élevée au grade de Chevalier de la Légion d'honneur

Communiqué de l' Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre du Vaucluse

 

Le service départemental de l’ONACVG vient d’apprendre le décès de Madame Mireille Garcin et tenait à vous en informer.

 

Madame Mireille Garcin était née le 09 novembre 1925 à Marseille. Son  décès est survenu le samedi 30 avril 2022 à la maison de retraite les Opalines, avenue Ferigoulo - 84470 Châteauneuf du Pape, établissement qui était son lieu de résidence.

 

Agent de liaison pour la Résistance pendant la seconde guerre mondiale, Mireille Garcin était la petite cousine de Jean Garcin, Héros de la résistance sous le nom de Bayard.

 

Madame Garcin, soucieuse de la mémoire combattante, avait siégé au conseil départemental de l’office des anciens combattants et victimes de guerre de Vaucluse.  

 

Madame Garcin avait été décorée de la Légion d’honneur le 12/07/2013.

 

Ses obsèques se dérouleront au crématorium d’Avignon le mercredi 11 mai à 10h30.

Voir les commentaires

Fusillés le 12 juin 1944 à Valréas (Vaucluse)

4 Mai 2022, 14:07pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Fusillés le 12 juin 1944 à Valréas (Vaucluse)

Voir les commentaires

1 2 > >>