Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Valréas 12 juin 1944 - 53 fusillés

On ne refait pas l'histoire, on la consolide

27 Février 2021, 11:34am

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

On ne refait pas l'histoire, on la consolide

En pleine période des cérémonies de la commémoration du 75ème anniversaire de la Libération du territoire français, il est de coutume de s'interroger sur cette histoire du passé et d'accorder cette libération à nos alliés, sans oublier les combattants volontaires de la Résistance Française.

Faut-il comprendre dans cette période de libération que sans l'appui de la Résistance, rien n'aurait pu valoir une telle victoire, par le sacrifice inévitable dans cet engagement de guerre, de nombreuses victimes, militaires, combattants-volontaires et civils. Plus de 75 ans après, des recherches se poursuivent sur les fondements de ce passé peu glorieux pour nombre de français collaborateurs d'une France occupée et ceux qui par leurs engagements ont su reconquérir l'honneur de la France.

Historiens, archivistes, d'une commémoration à l'autre, apportent d'autres éléments méconnus ou peu des divers passages de cette seconde guerre mondiale.

Des éléments locaux ressortent ou sont étudiés en profondeur, laissant des interrogations sur des témoignages d'époques qui auraient pu être oubliés ou extrapolés sans en approfondir le sujet. D'autres témoignages s'affichent qui même s'ils se rapprochent aux événements passés peuvent être véhiculés vers une rédaction plus ou moins tronquée si ce n'est fausse. Le temps passe, les survivants s'éteignent au fil des ans, laissant derrière eux leur mémoire transcrite sur une page, de mots, de pleurs, seul regret pour nous lecteurs assidus de ces événements, de ne pas les avoir plus écouté , plus interrogé !

Même si le peu d'engagement a été mis en place pour résister, combattre, il ne faut surtout pas tomber dans l'extrême d'une histoire personnelle que l’on n’aurait pas vécu, mais se contenter du peu, une belle histoire de résistance, sans combat, mais avec la certitude d'avoir fait son devoir avec ses propres moyens.

L'un ne dit rien, l'autre raconte encore plus, soyons juste dans nos propos 75 ans après, et que ceux qui s'engagent à faire revivre cette période, dans leurs paroles, leurs écrits ne se laissent pas entraîner dans une situation non conforme à la mémoire de nos chers disparus. On ne refait pas l'histoire, on la consolide sans arrière-pensée.

Faut-il s'initier aux divers témoignages et documents, sans chercher à comprendre encore plus les événements qui se sont déroulés pendant la seconde Guerre mondiale, où la Résistance par ces groupes diversifiés a su montrer son devoir de libérer la France de son occupant ?

À force de lire depuis des années, d'entendre des témoignages de retrouver d'autres documents, et dont des archives inédites s'ouvrent laissant le doute sur certains textes écrits auxquels nous avons la seule connaissance. Par ces lectures, ces recherches approfondies, on est en droit de se poser des questions sur les différents actes mis en avant lors de cette période tragique de la seconde Guerre mondiale et encore plus sur la Résistance en générale.

Chaque lieu où celle-ci a été engagée, on se doit de comprendre les événements qui par la traîtrise, l'infiltration mais aussi par le « combat » entre maquis des diverses obédiences, dont les partis politiques présents et combattants, ont laissé des troubles, des manques, des oublis plus ou moins voulus !

À Valréas, nous avons depuis plus de 75 ans, cette interrogation sur ce repli qui n'aurait pas été transmis à un groupe de résistant le 12 juin 1944. Malgré certaines suspicions sur un Roger Ferrant ou Ferrautin, infiltré dans le groupe A.S. (Armée Secrète) rien à ce jour établi qu'il en est l'instigateur. On ne peut s'arrêter sur une accusation, sans que celle-ci soit confirmée par d'autres témoignages révélés. Il est vrai qu'à cette époque, le jugement, bien souvent sans tribunal ne peut que laisser un doute sur l'inculpation.

De nos lectures des divers ouvrages sur la Résistance, nous pouvons observer que des témoignages, des écrits sur cette période jusqu'à présent mis en avant, peuvent nous laisser interrogateurs !

Guerre et politique subsistent de se placer dans un conteste qui s'avère susciter des ambitions et de ce fait laissent à penser que même en temps de guerre, la politique se veut maître en la matière, apportant par ces diverses unités de résistants une entente plus ou moins comprise, si ce n’est « combative » pour se positionner après-guerre.

La liberté à un prix, bien des victimes en ont fait les frais, combattants ou civils, leurs sacrifices est loin d'une union de paix, mais bien le début d'une rivalité politique.

 

A paraître : 12 juin 1944 Valréas - l'ordre de repli et ses conséquences

Voir les commentaires

Album photos 75ème anniversaire du 12 juin 1944

24 Février 2021, 15:30pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Clic droit sur la photo - enregistrer - imprimer

Clic droit sur la photo - enregistrer - imprimer

Livre souple représentant diverses photographies sur papier brillant,
des cérémonies du 12 juin,
en vente au profit de l'association
Éditeur
: Association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et
amis de l'Enclave 24 pages, photos couleurs, format 28x 21cm.

Exemples de photos (Laurent Frasson)


 

Voir les commentaires

Valréas, refus de se déplacer pour la cérémonie du 12 juin

18 Février 2021, 14:42pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Porte-drapeaux devant le Mausolée - Photo Laurent Frasson

Porte-drapeaux devant le Mausolée - Photo Laurent Frasson

L'article de la Tribune de ce jeudi 18 février 2021, nous interpelle, nous familles de fusillés.

En ma qualité de président de cette association, je ne peux rester insensible à la démarche de René Duplan, nouveau président du PG-CATM de Visan.

Il est dit en ce qui concerne les cérémonies du 12 juin , de son refus de se déplacer pour le 12 juin, si les porte-drapeaux ne ralentissent pas leur marche.

Je tiens à m'associer à cette décision, qui bien évidemment je pense, trouvera une solution afin que les porte-drapeaux soient toujours présents à cette cérémonie, sachant que les familles de fusillés et résistants apprécient fortement.

Lors de notre assemblé générale le 12 janvier 2018, Franck Vigne, adjoint aux cérémonies civiques en présence du Maire et de Monsieur Fournol (à l'époque président du RACE) avait exposé un éventuel allégement du parcours de la cérémonie du 12 juin.

N'étant pas contre, j'avais proposé de réunir toutes les associations d'anciens combattants pour en discuter. Une réunion devait se faire.

 

N'ayant pas de réponse, le 8 février 2018 j’envoie un mail.

 

A l'attention de Monsieur le Maire – Franck Vigne -Daniel Fournol (RACE)

 

Bonjour,

« Faisant suite à notre assemblée du 12 janvier 2018, une réunion avait été proposée pour février 2018 de toutes les associations d'anciens combattants, au vu d'un éventuel allègement du parcours de la cérémonie du 12 juin. Notre association était partante pour en discuter.
Pouvez-vous nous informer de la date ? »

 

Réponse de M. Fournol :

Projet abandonné en accord avec la mairie et l'ANACR – Cordialement D. Fournol

 

Il est regrettable que la décision soit faites par quelques membres entre autre l'ANACR, qui n'a pas le monopole loin de là de la cérémonie du 12 juin.

A l'heure, où bien des porte-drapeaux ont un âge avancé, la fatigue étant et je le comprends, nous devons revoir le parcours de cette cérémonie, tout en y gardant un cérémonial digne de cette tragédie.

 

A l'heure actuelle, où depuis plus d'un an et cela risque de continuer, les cérémonies patriotiques se font avec une présence restreintes de personnes et des directives sanitaires, nous nous devons d'écouter tous ceux qui se sont engagés depuis de nombreuses années à faire perdurer le souvenir des différentes tragédies. Si le passé s'efface, le souvenir reste !

Michel Reboul

 

 

Voir les commentaires

12 juin 1944 - 53 fusillés à Valréas

7 Février 2021, 16:14pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

12 juin 1944 - 53 fusillés à Valréas

12 juin 1944 - 53 fusillés à Valréas - Récit et Témoignages - 2001- 5ème Edition augmentée - 172 pages

En vente auprès de l'association des Familles de Fusillés au prix de 10.00 € ( frais d'envoi compris)

Pour toute commande nous contacter par mail :

mcr.reboul@free.fr ---Merci

 

Voir les commentaires

L'Ordre de repli et ses conséquences ce 12 juin 1944 à Valréas

5 Février 2021, 10:16am

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Projet de couverture

Projet de couverture

Toujours en cours de recherches et en  attente de documents.

 

 

Ces trente années à m'investir dans l'association des familles de fusillés, ne pouvaient me laisser indifférent des événements de cette tragique journée du 12 juin 1944. À l'écoute des survivants, mais aussi bien des personnes ayant vécu ce drame, familles de fusillés (filles et fils), des résistants et déportés, mais également des Valréassiens présents. Loin d'avoir vécu ce drame, je me suis investi pour essayer de comprendre par la lecture des livres publiés par l'association des familles de fusillés, mais aussi par d'autres lectures sur cette période. Des recherches sur certains personnages, m'ont apporté d'autres regards, d'autres témoignages, d'autres connaissances, pour les uns, leurs actes ignobles, pour les autres leurs actes de bravoure.

Dans ce livre, qui n'est que le reflet de recherches et de témoignages du passé et d'un complément de recherches actualisées, je voulais qu'il soit inscrit dans l'histoire de Valréas, afin qu'il puisse être à la connaissance de toutes les générations à venir. On ne peut oublier, on ne peut effacer.

Aurions-nous pu éviter le massacre de Valréas, 53 fusillés, résistants et otages ?

Telle est cette question que nous pouvons nous poser plus de 75 ans après le drame.

Des familles bien divisées, perdant un être cher, mais réunies dans le malheur, se posant bien des questions sur cette tragédie de résistance qui par les moyens mis en place n'aurait dû se poursuivre, sachant qu'ils mettaient en danger la population.

Il fallait bien résister contre l'oppresseur, le soulèvement d'une poignée d'hommes au départ n'avait que pour but de protéger des personnes persécutées par le régime mis en place par l'occupant et la collaboration d'un pays qui ne voyait en leur chef, le héros de la première guerre mondiale. Cette poignée d'hommes se devait d'aller plus loin et de s'insurger sur le devenir de notre pays compromis par des méthodes inhumaines, comme la déportation. Il fallait réagir au plus vite et aller plus de l'avant en constituant des maquis afin de répondre à la protection des jeunes qui étaient voués au Service du Travail Obligatoire en Allemagne. Les maquis, eurent par la suite une toute autre raison d'être, si ce n'ait de créer des « combattants » volontaires pour faire face à l'envahisseur. Même si bien de ces maquisards étaient loin d'être prêts au combat, ils avaient dans leur cœur, leurs veines le sens de la Patrie et ne pouvaient se déroger au danger qui leur faisait face. Ils n'étaient pas des cent et des milles (au départ), mais ils étaient confiants de leur engagement. Bien d’entre eux laissèrent leur vie dans des conditions abominables, quand d'autres plus en reculs regarder bien loin ce mouvement de résistance. Ils s'afficheront lors de la Libération, presque des « héros », ils oseront témoigner !

Quel camp fallait-il choisir, la combativité ou l'inaction ?

On ne peut changer un caractère, actif ou inactif, il se doit de se prononcer ou pas. Il fallait quand même avoir la niaque, l'esprit de vengeance pour faire face à une armée aguerrie, alors que les alliées n'étaient pas encore sur le sol français. Eux, le pensaient, sans savoir la vérité, à cette époque il n'y avait pas tous les réseaux de communication. Bien souvent on attendait le messager, un ordre, une réunion, sans plus ! Mais ils espéraient voir un jour la Liberté.

Aurions-nous pu éviter ce massacre à Valréas ? C'est ce que nous allons étudier dans ce livre, loin de revisiter cette journée tragique, racontée par les survivants, qu'ils soient rescapés fusillés ou témoins directs de ce drame qui a touché toute une population.

 

Voir les commentaires