Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 JUIN 1944 - 53 Fusillés à VALREAS

documents

Enquête Administrative victimes civiles de la guerre

23 Février 2022, 13:44pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Enquête Administrative victimes civiles de la guerre

Des victimes collatérales  de ce 12 juin 1944, qu’il ne faut pas oublier, une population subissant les épreuves de la guerre, une pensée à ce jour pour la population Ukrainienne

 Procès-verbal de renseignements

L'an mil neuf cent quarante-cinq, le vingt-neuf juin, nous Blandin Georges, Sidole Henri, gardes champêtres, conformément aux ordres de Monsieur, le Maire, vu la lettre de la préfecture du Vaucluse en date du 13 juin 1945 (ci-annexée).

Nous sommes livrés à une enquête au sujet des blessures reçues par madame Charasse à Valréas, le 12 juin 1944, et avons recueilli les renseignements suivants :

Monsieur Diage Louis, 66 ans, instituteur en retraite, Cours du Berteuil à Valréas, nous déclare : « Le 12 juin vers 14 heures, je me trouvais sur la route de Nyons près du passage à niveau, je venais d'être capturé par les Allemands, je me trouvais dans le fossé lorsque j'ai vu arriver madame Charasse qui s'est étendue dans le fossé, elle était blessée à la main et saignait abondamment, elle avait eu un doigt coupé par une balle tirée par les Allemands. Environ une demi-heure après une ambulance conduite par un pompier est venue la chercher en même temps qu'un autre blessé que je re[1]connu être monsieur Jamet de Valréas. J'ai su qu'on l'avait alors transportée à l'hôpital, c'est tout ce que je sais à son sujet. Lecture faite persiste et signe.

Madame D'Isernia Marie-Rose, 46 ans, rue du Berteuil à Val[1]réas, nous déclare : Le 12 juin 1944 vers, 13 heures 30 ou 14 heures, je me trouvai route de Nyons, je venais d'être arrêtée par les Allemands lorsque j'ai vu passer soutenue par deux personnes dont je ne me souviens plus, madame Charasse qui venait d'être blessée à la main et à l'épaule, elle paraissait avoir la main déchiquetée et souffrait énormément, une ambulance est arrivée qui l'a emmenée ainsi qu'un autre blessé qui était monsieur Jamet. Lecture faite persiste et signe

Monsieur Jamet Henri étant décédé le 18 mai 1945, il n'a pu être procédé à son audition.

Fait et clos à Valréas les jours, mois et an que dessus

Voir les commentaires

Oradour sur Glane, le cahier d'écolier

6 Février 2022, 15:01pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Oradour sur Glane, le cahier d'écolier
Oradour sur Glane, le cahier d'écolier

Le 10 juin 1944, un des plus cruels massacres perpétré par l'idéologie nazie - On ne peut oublier !

 

Ces papiers, ces parchemins laissés là depuis longtemps ne demandaient pas mieux que de revenir au jour. Ces papiers n'étaient pas des papiers, mais des vies d'hommes - Jules Michelet 

 

Un cahier style écolier que j’ai récupéré dans la famille du Jura, dans un grenier, mais je ne peux dire à qui il appartenait, peut-être à un aïeul de mon beau-frère ( ?) et dans une de ses pages de nombreux souvenirs tragiques, dont un « chant ou poème » sur Oradour sur Glane

I - Sur la porte de sa maison – J’ai vu un tout petit garçon – Dans son sanglot la mine triste – Disait parlant des teutons

II- Ils ont brûlé notre maison – Et sur la porte ses démons – Ont crucifié mon petit frère – Que maintenant nous pleurons

Refrain – Ces bandits ont tué mon père – Sur la route là devant mes yeux – Sans pitié, partir les coups de feu – Malgré les cris de ma pauvre mère – Et je vis mon brave papa – Plein de sang quand il s’écroula – En criant dedans sa souffrance – Vive la France – Mais l’officier prussien fou de rage – Sur mon père s’élança soudain – D’un coup de crosse écrasa la face – mon  malheureux père, comme un chien  

III – Pas de pitié pour les allemands – …de femmes et d’enfants – Qui ont semé deuils et misères – Et fait pleurer les mamans

Dernier Refrain – Nos alliés ont gagné cette guerre – Et supprimeront les assassins – Tous ensemble nous vengerons mon père – Maudissant ces ignobles vauriens – Oui papa on te vengera – Ils sont là nos braves soldats – Et se battent dans la souffrance

IV – Pour la France – Oradour restera dans l’histoire – Le souvenir de ses crimes affreux – Commis par des barbares notoires – Sur de pauvres malheureux innocents  

A Constance le 14 juillet 1946    signé Clerc R.

 

 

 

 

Voir les commentaires

12 juin 1944 à Valréas de documents en témoignages

25 Janvier 2022, 18:18pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

12 juin 1944 à Valréas de documents en témoignages

En avant ! F.F.I.

Hebdomadaire des Forces Française  de l’Intérieur de la Région Drômoise

 

Dans cet article, non daté, nous pouvons remarquer que  certains paragraphes sont « glorieusement » utopiques et seul son auteur peut s’en vanter, bien dommage d’extrapoler certains passages de cette tragédie.

Le 8 juin, à 5 heures, Valréas est occupé sans résistance.

La population enthousiasme, reçoit chaleureusement les libérateurs  et la résistance s’organise. Les approches de la ville sont « minées », les armes sortent des dépôts clandestins où certains patriotes les avaient camouflés au péril de leur vie et malgré l’activité incessante de la Gestapo et de la Milice. Ces armes sont distribuées à la population, et la volonté de chasser l’ennemi et telle que l’on peut voir des jeunes gens de 16 ans venir à la Mairie réclamer une arme… 

Note : Les armes ont bien été distribuées le 8 juin au matin. Michel Coulouvrat responsable A.S. , participe à la distribution d’armes organisée au cabanon de la route de Taulignan en présence de Maruis Gras et des différents chefs de groupes accompagnés de volontaires. Livre 12 Juin 1944 – 53 fusillés page 35 – L’occupation de Valréas

A midi, la sirène donne l’ordre de repli, et les postes décrochent, connaissant la signification de l’appel. Par contre, « le barrage de la route de Baumes ignore ce signal et continue sa faction. »

Note : On connait la suite tragique – Lecture des divers témoignages dans le livre du 12 Juin 1944 – 53 fusillés à Valréas – Nous sommes étonnés que cet ordre de repli ne soit connu du barrage de la route de Baumes, où alors il est probable au vu de divers témoignages que cet ordre n’a pas été exécuté par les chefs de groupe du barrage de la route de Baumes, entre autres André Roger Chaiffre alias « Roger »( ?)

 

Voir les commentaires

"Georges" applique l'ordre d’Alain d'occuper Valréas et Taulignan

25 Janvier 2022, 09:36am

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

"Georges" applique l'ordre d’Alain d'occuper Valréas et Taulignan

Pierre Rigaud, avec d'autres officiers du 25e BCA (Bataillon de chasseurs alpins), auquel il avait été affecté antérieurement, il participe à une tentative de reconstitution clandestine de ce bataillon. « Si je suis capturé, prenez contact avec la Résistance locale ! », avait dit le chef du réseau avant son arrestation... C'est cette voie que Pierre Rigaud suit : il rencontre les chefs locaux de l'AS Drôme, dont de Lassus Saint-Geniès ("Legrand"). Pierre Rigaud devient alors "Georges", chef militaire de la Drôme méridionale.

Nous avons vu qu’il n’intervient pas en terrain vierge ; il prend contact avec l'organisation de Résistance qui, depuis 1942, œuvre dans la région sous l'impulsion de quelques patriotes. Parmi eux, Amédée Tena est industriel à Montségur (Drôme) ; Louis et Marius Gras sont deux agriculteurs ; Clarice, ancien de la Guerre d'Espagne et sans doute lié à un réseau allié par l'intermédiaire de la Suisse ; Louis Bazzini est transporteur – « dont l'enthousiasme voire la témérité font merveille ». Amédée Téna, appartenant à une famille d'origine suisse, entretient des contacts avec des réseaux alliés, ce qui permet aux maquisards du canton de Valréas de recevoir des armes parachutées à Comps (Drôme), dès 1943.

C'est dans cet environnement favorable que "Georges" va rechercher et recruter des volontaires dispersés. Il faut ensuite leur donner une formation, notamment sur les armements de provenance anglo-saxonne : c'est un travail de patience et de discrétion. Il apprécie l'aide que lui apportent des sous-officiers démobilisés de l'Armée d'armistice ainsi que des gendarmes de son secteur .(…)

À partir du 6 juin 1944, le début de ce qui va être la bataille de Normandie, « le signal d\'insurrection » donné par les messages de Londres déclenche, partout en France, la manifestation des organisations de la Résistance. Une réelle effervescence se propage dans l'Enclave, à proximité et au-delà. Dans les zones dites « libérées », comme le Diois et le Nyonsais, où les Allemands ne se sont manifestés que par des incursions limitées, la Résistance civile apparaît au grand jour (Buis-les-Baronnies, par exemple, est libérée le 7 ou le 8 juin, et le demeurera d\'ailleurs définitivement). Mais, dans la vallée du Rhône, axe stratégique pour les forces allemandes, et les zones proches, comme l'enclave de Valréas, il en va tout autrement.

Quoi qu'il en soit, "Georges" applique l'ordre d’Alain d'occuper Valréas et Taulignan, les FTP (Francs-Tireurs et partisans) faisant de même. La cité de Valréas se libère dans l'allégresse les 7 et 8. Mais la contre-attaque allemande, le 12 juin, aboutit à l'écrasement des forces résistantes ; environ 71 morts du côté français sont à déplorer dans les communes du secteur.

À la suite de l'attaque allemande du 12 juin, Pierre Rigaud se met au vert avec quelques camarades de combat, à Rieutord (Ardèche), jusqu'au 10 juillet. Il pense à reconstituer sa compagnie afin de poursuivre la lutte. Il s'y consacre dès le départ de l'ennemi du pays de Valréas et Taulignan, aidé par Marius Gras et par Clarice. L'effectif atteint environ 200 hommes dont un groupe de réception de parachutages d'une cinquantaine. On s'arme, on s'entraîne, avec l'aide des gendarmes. Pierre Rigaud aguerrit son unité, en « évitant soigneusement tout affrontement classique, qui n'aurait conduit qu'à un échec sanglant ». C’est dans cette période que les lignes téléphoniques à grandes distances sont attaquées, et que, précisément dans la nuit du 11 au 12 août, se situe la destruction du pont sur la voie ferrée au nord de Pierrelatte, pendant que les maquis de l'Ardèche en font autant sur la rive ouest du Rhône. Une autre équipe décroche un wagon de sucre à Pierrelatte, le vide de son contenu qu'il distribue aux unités du sud de la Drôme, etc.

Après le 15 août 1944 (débarquement de Méditerranée), l'unité de Pierre Rigaud devient la 8e compagnie du 4e bataillon AS Sud-Drôme sous les ordres du commandant Bernard. Elle participera, avec ce bataillon, à la réduction de la poche de Montélimar, servant d'unité d’accompagnement à un élément blindé de la Task-Force Butler. Dès le 20 août, elle s'installe au lieu-dit Le Bridon avant de progresser sur l'axe Dieulefit-Montélimar.

Source : Musée de la Résistance en ligne – Claude Seyve – Michel Seyve

 

Voir les commentaires

La Résistance sur les bords de la Méditerranée. Un parcours d’historien, Jean-Marie Guillon

17 Janvier 2022, 18:06pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Voir les commentaires

Valréas, les archives s'ouvrent de documents authentiques

16 Janvier 2022, 17:55pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Quelle ne fut pas mon interrogation sur ce nouveau document historique du 1er bataillon du 1er régiment F.T.P.F, qui donne comme responsable dans cette tragédie, les agents anglais - Aucun autre document à ce jour n'a donné de telles informations !

 

 

Documents SHDGR - Mémoire des hommes

Documents SHDGR - Mémoire des hommes

Valréas, les archives s'ouvrent de documents authentiques
Valréas, les archives s'ouvrent de documents authentiques
Valréas, les archives s'ouvrent de documents authentiques

Voir les commentaires

Des milliers de survivants à Valréas

2 Novembre 2021, 17:19pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Des milliers de survivants à Valréas

Place de la Mairie

Des milliers de survivants de ce 12 juin 1944

Rassemblée sur la place de la mairie, la population est apeurée. Encerclée par des automitrailleuses et chars braqués sur la foule, du haut du kiosque, un officier allemand harangue la foule, phrases traduites en bon français par un soldat portant l’uniforme allemand. Pendant ce temps-là, la horde sanguinaire, poursuit son horrible mission d’abattre sans sommation tout ce qui bouge, dans la campagne, dans la ville. Aurions-nous évité à Valréas, le sanglant Oradour sur Glane, perpétré deux jours avant ?

Tous les habitants de Valréas à cette époque seront des survivants, aujourd'hui encore nombreux se souviennent de cette effroyable journée.

Voir les commentaires

Création du Comité ANACR à Valréas (Vaucluse)

5 Septembre 2021, 12:42pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Lettre de l'ANACR Vaucluse (page1)

Lettre de l'ANACR Vaucluse (page1)

Le Comité local de l'Association Nationale des Anciens Combattants Résistants de Valréas a été créé en 1967 et non comme il est mentionné dans d'autres écrits en 1981.

C'est par lettre en date du 27 novembre 1966 du secrétariat de l'ANACR Vaucluse à Avignon adressée à Monsieur André Bergeron (ARAC Valréas), qu'une demande de constitution d'un comité a vu le jour.

" Je profite de l'occasion qui m'est donné pour te demander s'il ne serait pas possible avec ton concours de créer à Valréas un comité local de l'ANACR … Nous avons dans les mois qui suivent, la possibilité de visiter avec un camarade du comité national les localités du Vaucluse où existe déjà un comité, ils sont nombreux. Je pense qu'il serait déjà possible de rassembler quelques résistants et de placer quelques cartes 1967 à Valréas. Peux-tu t'en charger ?..."

 

En réponse au courrier

de l'ANACR comité local de Valréas reçu le 10 mai 2021

Je tiens à préciser une fois de plus que le Comité ANACR de Valréas n'a pas été créé, il y a 40 ans, mais bien en 1966 par André Bergeron et Mademoiselle Gilberte Schmitt

 

De plus, même si depuis des années, la préparation de la cérémonie du 12 juin incombe sous la responsabilité de la Municipalité et à son invitation, les associations des Familles de Fusillés et l'ANACR, il serait judicieux en ce temps où les anciens viennent malheureusement à disparaître et que d'autres jeunes (militaires ou non) veulent s'impliquer à perdurer le souvenir de cette tragédie et entre autre l'association RACE créée en 1974 dans le but d'un regroupement des diverses associations patriotiques de l'enclave, qu'à ce jour elle soit présente lors de la réunion de préparation de cette cérémonie du 12 juin, sans qu'elle en soit la directrice de cette journée, mais bien sa participation au vu d'échanges. N'oublions pas que depuis 77 ans, toutes les associations civiques sont présentes au 12 juin et par leur porte-drapeau et président ou membres, elles participent au souvenir tragique des familles de fusillés (résistants et otages) Il faut avancer sans offusquer qui que ce soit et permettre si cela est possible la poursuite de l'association RACE qui restera dans quelques années la seule à nous représenter – Bien des associations se voient de disparaître, d'autres sont représentées par des familles et amis, osons poursuivre nos valeurs de nos divers engagements lors des différentes commémorations à Valréas et son canton.


Michel Reboul
Président

Voir les commentaires

Album photos 75ème anniversaire du 12 juin 1944

24 Février 2021, 15:30pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Clic droit sur la photo - enregistrer - imprimer

Clic droit sur la photo - enregistrer - imprimer

Livre souple représentant diverses photographies sur papier brillant,
des cérémonies du 12 juin,
en vente au profit de l'association
Éditeur
: Association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et
amis de l'Enclave 24 pages, photos couleurs, format 28x 21cm.

Exemples de photos (Laurent Frasson)


 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>