Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 JUIN 1944 - 53 Fusillés à VALREAS

actions de l'association

Lettre de remerciements d'une grande poétesse de l'enclave

12 Septembre 2020, 09:01am

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Lettre de remerciements d'une grande poétesse de l'enclave
Lettre de remerciements d'une grande poétesse de l'enclave

Voir les commentaires

L'objet de l'association des familles de fusillés

11 Septembre 2020, 14:19pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

L'objet de l'association des familles de fusillés

Il est par ces temps de restrictions sanitaires, auxquelles nos diverses associations patriotiques en ont fait les frais par une présence minimes aux diverses cérémonies et afin d'éteindre certaines rumeurs sur la position de notre association des familles de fusillés, de rappeler l'objet de notre association.

 

Article 3 : Objet

 

L'association a pour but d'unir, sans distinction de tendances, de conceptions philosophiques, politiques ou de religion, tous les patriotes, résistants, internés, déportés ainsi que leurs familles respectives et amis.

L'association affirme son indépendance à l'égard des pouvoirs publics, de tous partis politiques, de toutes religions.

Elle s'impose d'intervenir auprès des pouvoirs publics, comme auprès de l'opinion pour la défense des intérêts moraux et matériels de ses adhérents et, d'une manière générale, pour la défense des intérêts de la Résistance et de la Déportation et de l'Internement et d'agir contre toute forme de racisme et de renaissance du nazisme et du fascisme.

 

Notre association à travers ses différents présidents, a su s'imposer dans tous ses droits légitimes, il y a 50 ans , par la suite et à ce jour même.

 

Michel Reboul

Président

 

 

 

Voir les commentaires

Controverse sur le prolongement du Mur des Fusillés

2 Septembre 2020, 16:05pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Controverse sur le prolongement du Mur des Fusillés

Il est de bon aloi de rappeler que l'association des Familles de Fusillés du 12 juin 1944, qui a pris la relève du Comité des Monuments aux Morts, se voit d'être l’interprète de ce moment tragique et par ces diverses interventions qui perdure depuis, et à chaque fois qu'il est nécessaire de rappeler son engagement pour que le souvenir demeure et ne soit pas effacé, ou entaché de contradictions qui ne sauraient qu'affaiblir ce qu'elle a toujours su défendre de président en président, d'année en année et ce depuis plus de 75 ans.

 

Cette longue liste de correspondance, de réunions, concernant la défense du Mur des fusillés se doit d'être inscrite sur ces pages, afin que nul n'oublie, l'action que cette association a su mener et n'a jamais baissé les bras, même si parfois des désaccords se sont mis en travers, le rebondissement a été tout à son honneur.

 

Une première correspondance.

 

Le 25 mai 1970, Joseph Coutton, l'un des quatre rescapés de la fusillade adresse au Maire Jules Niel et à son Conseil municipal, une lettre en ces termes :

 

Le Comité qui a érigé le Mur aux Fusillés et le Mausolée au cimetière s'est dissous de lui-même par manque d'effectifs représentatifs à la suite du décès ou du départ de la plupart d'entre eux. Vous avez accepté de prendre le reliquat de la caisse et vous vous êtes engagés à entretenir et à assurer la conservation de ces monuments.

En janvier 1969, la commission de la « Voirie » me demande mon opinion sur une idée émise concernant la troisième partie de l'encadrement du mur, cette partie étant souvent démantelée, il serait peut-être bon de la supprimer. Ma réaction et celle de mes camarades rescapés a été la suivante : NON.

Voici trois mois, convoqué avec Messieurs Lamy et Soureillat devant les membres de la Commission de la Voirie, la question est à nouveau posée : Monsieur Clarice redemande la suppression de ce troisième encadrement afin de permettre l'installation d'un commerce de machines agricoles ; ma réponse a été claire : NON.

Monsieur Soureillat est indifférent. Quant à monsieur Émile Bouchet, convoqué par mes soins, il serait d'accord pour enlever ce troisième encadrement à condition expresse que le propriétaire s'engage par écrit à ne pas toucher au reste, c'est à dire aux deux autres façades et à leurs encadrements.

Aujourd'hui, où en sommes-nous ? Les travaux ont commencé et à la suite de ma protestation, à votre dernière réunion du Conseil Municipal, vous avez fait arrêter les travaux, nommé une commission pour étudier ce qu'il était possible de faire.

Maintenant, sans avoir consulté les familles de Fusillés, sans accord du Conseil Municipal, les travaux ont repris (il est vrai, le rouge a été remplacé par le gris, le troisième encadrement doit-être condamné et malgré un projet d'embellissement, il n'en reste pas moins vrai que je considère que vous n'avez aucune garantie pour la protection de ce qui restera.

Quoique vous fassiez, vous avez détruit à jamais le respect dû au mur des Fusillés dont l'aspect n'aurait jamais dû être modifié.

Vous n'avez pas tenu vos engagements.

Je ne puis admettre que vous ayez laissé profaner un lieu sacré pour des questions d'intérêts.

Monsieur Clarice, à l'achat de sa maison, n'ignorait pas la tragique utilisation de la façade de celle-ci. Si la loi le rend propriétaire des murs, elle ne le dispense pas des servitudes.

D'autres part, qui a donné l'accord pour cette transformation et implantation de commerce, opérations régis par les lois en vigueur ?

Ils sont mort morts pour que vive la France... et non pour que d'autres s'enrichissent.

Le Mur doit être intégralement respecté, il en est encore temps. A vous de décider.

Quant à moi, dans le cas où vous maintenez ce que vous avez entrepris, j'ai le regret de vous signifier que je ne participe plus à la cérémonie du 12 juin, en tête du cortège. (Une suggestion : le porte-drapeau pourrait bien être monsieur Clarice!)

 

Monsieur le Maire, Madame, Messieurs, croyez bien que je regrette d'avoir à vous écrire tout cela, mais, en conscience et en souvenir de mes camarades disparus, j'avais le devoir de le faire.

 

Joseph Coutton

 

Fait à Valréas le 25 mai 1970

 

 

P.S. Il est possible que je communique cette lettre à la presse.

 

Voir les commentaires

Valréas, controverse sur le prolongement du Mur des Fusillés

23 Juillet 2020, 15:40pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Photographie envoyée par une Valréssienne dont j'ai omis de noter son nom, toutes mes excuses.

Photographie envoyée par une Valréssienne dont j'ai omis de noter son nom, toutes mes excuses.

Il est de bon aloi de rappeler que l'association des Familles de Fusillés du 12 juin 1944, qui a pris la relève du Comité des Monuments aux Morts, se voit d'être l’interprète de ce moment tragique et par ces diverses interventions qui perdure depuis, et à chaque fois qu'il est nécessaire de rappeler son engagement pour que le souvenir demeure et ne soit pas effacé, ou entaché de contradictions qui ne sauraient qu'affaiblir ce qu'elle a toujours su défendre de président en président, d'année en année et ce depuis plus de 75 ans.

 

Cette longue liste de correspondance, de réunions, concernant la défense du Mur des fusillés se doit d'être inscrite sur ces pages, afin que nul n'oublie, l'action que cette association a su mener et n'a jamais baissé les bras, même si parfois des désaccords se sont mis en travers, le rebondissement a été tout à son honneur.

 

Une première correspondance.

 

Le 25 mai 1970, Joseph Coutton, l'un des quatre rescapés de la fusillade adresse au Maire Jules Niel et à son Conseil municipal, une lettre en ces termes :

 

Le Comité qui a érigé le Mur aux Fusillés et le Mausolée au cimetière s'est dissous de lui-même par manque d'effectifs représentatifs à la suite du décès ou du départ de la plupart d'entre eux. Vous avez accepté de prendre le reliquat de la caisse et vous vous êtes engagés à entretenir et à assurer la conservation de ces monuments.

En janvier 1969, la commission de la « Voirie » me demande mon opinion sur une idée émise concernant la troisième partie de l'encadrement du mur, cette partie étant souvent démantelée, il serait peut-être bon de la supprimer. Ma réaction et celle de mes camarades rescapés a été la suivante : NON.

Voici trois mois, convoqué avec Messieurs Lamy et Soureillat devant les membres de la Commission de la Voirie, la question est à nouveau posée : Monsieur Clarice redemande la suppression de ce troisième encadrement afin de permettre l'installation d'un commerce de machines agricoles ; ma réponse a été claire : NON.

Monsieur Soureillat est indifférent. Quant à monsieur Émile Bouchet, convoqué par mes soins, il serait d'accord pour enlever ce troisième encadrement à condition expresse que le propriétaire s'engage par écrit à ne pas toucher au reste, c'est à dire aux deux autres façades et à leurs encadrements.

Aujourd'hui, où en sommes-nous ? Les travaux ont commencé et à la suite de ma protestation, à votre dernière réunion du Conseil Municipal, vous avez fait arrêter les travaux, nommé une commission pour étudier ce qu'il était possible de faire.

Maintenant, sans avoir consulté les familles de Fusillés, sans accord du Conseil Municipal, les travaux ont repris (il est vrai, le rouge a été remplacé par le gris, le troisième encadrement doit-être condamné et malgré un projet d'embellissement, il n'en reste pas moins vrai que je considère que vous n'avez aucune garantie pour la protection de ce qui restera.

Quoique vous fassiez, vous avez détruit à jamais le respect dû au mur des Fusillés dont l'aspect n'aurait jamais dû être modifié.

Vous n'avez pas tenu vos engagements.

Je ne puis admettre que vous ayez laissé profaner un lieu sacré pour des questions d'intérêts.

Monsieur Clarice, à l'achat de sa maison, n'ignorait pas la tragique utilisation de la façade de celle-ci. Si la loi le rend propriétaire des murs, elle ne le dispense pas des servitudes.

D'autres part, qui a donné l'accord pour cette transformation et implantation de commerce, opérations régis par les lois en vigueur ?

Ils sont mort morts pour que vive la France... et non pour que d'autres s'enrichissent.

Le Mur doit être intégralement respecté, il en est encore temps. A vous de décider.

Quant à moi, dans le cas où vous maintenez ce que vous avez entrepris, j'ai le regret de vous signifier que je ne participe plus à la cérémonie du 12 juin, en tête du cortège. (Une suggestion : le porte-drapeau pourrait bien être monsieur Clarice!)

 

Monsieur le Maire, Madame, Messieurs, croyez bien que je regrette d'avoir à vous écrire tout cela, mais, en conscience et en souvenir de mes camarades disparus, j'avais le devoir de le faire.

 

Joseph Coutton

 

Fait à Valréas le 25 mai 1970

 

 

P.S. Il est possible que je communique cette lettre à la presse.

Voir les commentaires

12 juin 2014, invitation du Ministre délégué aux Anciens Combattants

26 Juin 2020, 16:42pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Présence du Sous-Préfet le 12 juin 2016

Présence du Sous-Préfet le 12 juin 2016

Lettre envoyée au Ministre délégué aux Anciens Combattants, sollicitant sa présence lors de la commémoration du 70ème anniversaire (12 juin 2014) du massacre du 12 juin 1944.

Lettre envoyée le 23 janvier 2014, avec envois, d'une copie au Directeur de l'Office Nationale des Anciens Combattants et Victimes de Guerre à Avignon, d'une copie au Président du département du Conseil Général de Vaucluse à Avignon, d'une copie au Maire de la commune de Valréas.

 

A noter que cette demande a été relayée par les divers représentants cités ci-dessus.

 

Voir les commentaires

12 juin 1944 à Valréas, revisité par un auteur !

5 Juillet 2019, 16:34pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Photographie Mobil'Actu

Photographie Mobil'Actu

Les Maquis du Ventoux (Durandet 1974)

 

Il n'en fallait pas beaucoup, si ce n'est déjà trop de réagir à un « roman  fiction » qui devait se dérouler sous la plume de l'auteur « Les Maquis du Ventoux » de Durandet publié en 1974. Dans ce livre, il expose les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas.

Trente ans après ce massacre, les écrits se matérialisent d'une plume plus ou moins experte en la matière d'un faux vrais déroulement de cet événement. Il est à croire que l'auteur en fût le témoin capital ! Sur quelle base s'est-il fixé un tel roman ? Témoignages, documents ?

On aurait pu oublier cet ouvrage publié il y a 45 ans !

Mis en ligne récemment sur Internet, il était de mon devoir de réagir sur ces lignes plus ou moins mensongères , je dirai même travesties de la vérité. Je suis loin d'inculper l'auteur du blog qui au vu de nos échanges par mails, n'avait connaissance de cette tragédie à Valréas , s'en référant seulement à ce livre. Toutes excuses lui méritent.

Par cette intervention, l'auteur du blog pourra avoir une autre aperçu et surtout la vérité sur nombreux passages de ces 15 pages « rocambolesques ».

Malheureusement, le mal est fait, hormis le livre de Durandet qui doit être en rupture de stock ou dispersé par-ci par-là, restant encore un texte contestable, Internet en gardera une trace indélébile et tous ceux qui rechercheront des événements sur la seconde guerre mondiale, pourront y avoir accès.

https://nosabsentspresents.com/2019/06/14/12-juin-1944-le-massacre-de-valreas/

 

Michel Reboul – Président de l'association des Familles de Fusillés

 

(…) pour l'heure je n'arrive pas à m'empêcher de m'étonner, si naïf que soit à mes propres yeux ce sentiment, quand je vois à quel point la chose imprimée accroît au bénéfice de n'importe qui le pouvoir de tromper, pour peu que ce n'importe qui accède au statut d'auteur et pour peu qu'il use d'une tromperie initiale consistant à donner son récit pour non fictif. Bref je me sens en sympathie avec l'effort d'un témoin qui se dévoue à la conservation d'une mémoire collective et qui sait que les livres, même indignes, durent plus longtemps que les hommes (…)

 

Jean-Pierre Kaminker – La Persécution contrariée -Édition Lambert Lucas Limoges

 

Il est à noter que l'association des familles de fusillés a publié depuis 1981, 5 éditions augmentés de documents, témoignages (1981-1994-1996-2001-2006) du Livre 12 juin 1944 – 53 fusillés à Valréas - Récit et Témoignages, publié à plus de 3000 exemplaires, puis en 2016 – Valréas se souvient – Recueil de témoignages et documents

Un blog est consacré à ces événements de juin 1944 : http://12-juin-1944valreas.over-blog.com/

 

 

 

Voir les commentaires

Le chant des Partisans

7 Septembre 2018, 17:10pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Monsieur le Maire,

Une année de plus où Valréas a su marquer sa volonté de commémorer avec dignité la libération de Valréas le 27 août 1944.

Comme il a été précisé par les représentants américains, le Lieutenant Colonel Tim STOY et de son épouse, le Capitaine Monika STOY, la cérémonie se veut chaque année qui passe plus importante au niveau de la présence des portes-drapeaux, mais aussi des associations et habitants de Valréas.

Vous avez mis en avant que pour le 75ème anniversaire de cette libération, ce serait encore mieux.

Seules petites remarques de ma part en tant que président des familles de fusillés et dont je donnerai lecture lors de notre prochaine assemblée générale :

  • Le chant des Partisans fait parti de notre histoire de la résistance et ce doit d'être publié, ce qui n'a pas été le cas lors de la cérémonie du 18 juin 2018, ainsi que lors de cette cérémonie de la libération devant le Mur ( remarque effectué à Franck Vigne , adjoint aux cérémonies civiques), tout en reconnaissant qu'il y avait pour cette dernière certainement un problème de communication avec les services techniques de la sono.
  • Deuxième remarque et pas des moindres, sans que vous en soyez le responsable à mon avis au vu que vous ne vous y attendiez pas je pense, la remise de cadeaux de la part des représentants américains devant le Mur des Fusillés. Ce lieu , hors le stricte recueillement que nous devons à ces 53 fusillés, ne peut se valoir un lieu d'échanges politiques (référence au 12 juin 2014) ou d'échanges fraternels comme cela a été le cas ce 27 août 2018.

 Souhaitant que vous comprendrez ma demande et celles des familles de fusillés.

 Veuillez croire, monsieur le Maire, à mes sincères salutations.

 

Michel Reboul – Président

Article Vaucluse-matin - Le Dauphiné Libéré

 

Voir les commentaires

Valréas c'est Paris !

16 Novembre 2015, 10:06am

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Valréas c'est Paris !

Résistants authentiques, fusillés pour des raisons diverses, ils se battaient contre une idéologie extrême, pour la liberté, la démocratie, le progrès social, un monde débarrassé de tous les racismes. Ils appartenaient à toutes les couches sociales de la population, à toutes les familles de pensée, à tous les engagements. Ils étaient la France dans sa diversité, dressée au fil des jours contre l’oppresseur.

La diversité de la Résistance tenait aussi à la variété des origines nationales de ses combattants : ils venaient de partout. Beaucoup avaient fui la dictature de leur pays allié au régime de la dictature , comme le font aujourd'hui des milliers de migrants.

Plus de 70 ans après, l'horreur des massacres à Paris en ce vendredi noir rouvre les plaies. Nous sommes tous Paris, Valréas est Paris, comme nous sommes tous contre les idéologies extrêmes et fanatiques.

En cette année 2015 du concours de la résistance ou le sujet est Résister par l'Art et la littérature, des lâches sans foi ni loi sont venus tyranniser les valeurs de la France. Le 11 janvier en massacrant des journalistes qui incarnaient l'expression libre, et ce vendredi 13 novembre en massacrant la liberté, la liberté de sourire et du vivre ensemble rassemblée sur une terrasse, dans un restaurant, en massacrant la culture.

Nous avons mis un genou à terre, mais nous nous relèverons, comme nous l'avons fait dans le passé. Nous Résisterons !

Liberté, Égalité, Fraternité


Michel Reboul

Président des familles de fusillés Valréas



Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

20 Juillet 2015, 12:37pm

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>