Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'association créée le 20 novembre 1971 sous la présidence d'Henri Guillard, pour donner suite à la dissolution du Comité du Monument aux Morts créé le 19 décembre 1946, présidée par le docteur Émile Quet, n'a pas failli pendant des années à son engagement à s'interposer, à proposer et à s'indigner s'il le fallait pour défendre les valeurs de ce Mur où 53 personnes ont trouvé affreusement la mort. Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci

23 Jan

Valréas dans la tourmente de sa position de résistance

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS  - Catégories :  #Témoignages

Kiosque et place de la Mairie - Valréas

Kiosque et place de la Mairie - Valréas

En Drôme-Sud, il y a trois points principaux autour desquels s’organisent les maquis F.T.P. : Nyons, Die, et Buis-les-Baronnies

A Nyons, c’est Albin VIHLET qui constitue le premier Comité de Résistance , avec entre autres Maurent Félix, Bayet Henri, Barnouin Falvien, Faure, Buffaven Joseph, sous la présidence du docteur Bourdongle, ainsi que le Pasteur Bonnifas et le curé Correard.

Valréas étant enclavée dans la Drôme, la résistance locale se voit d’être rattachée à celle de Nyons, mais aussi à l’Armée secrète (A.S.) dont le Pasteur Seignol dirige un maquis A.S. sur la montagne de La Lance ainsi que celle du secteur de Montségur/ Lauzon sous le commandement de Tena….. A.S.

De part cette situation géographique, Valréas se voit retirer du département de Vaucluse dans ses engagements de résistance, ce qui par la suite laissera une amertume dans sa reconnaissance d’une ville martyre où 53 de ces enfants, furent fusillés, n’appartenant ni à la Drôme, ni au Vaucluse, laissant bien des cérémonies commémoratives d’une absence d’autorités civiles, comme présents et plus importants au niveau de la Région, du Département, voire d’élus locaux participant aux cérémonies de Sault  dans le Vaucluse ou d’Izon-la-Bruisse dans la Drôme

La venue du Commandant Legrand (de Lassus-Saint-Genies) va changer les rapports entre les groupes F.T.P . et A.S.

Alors que je lui expose (Capitaine Paris FTP), le dispositif mis en place à Buis, arrive Monnier de Valréas, qui vient me demander au nom du Lieutenant Georges, commandant la place, des renforts pour tenir la ville (1)

  • Je regrette, répond Laurent, commandant le 1er régiment Drôme F.T.P.F., mais Valréas ne fait pas partie de mon secteur, de plus, elle est située trop près de la plaine pour qu’une telle éventualité puisse être envisagée avec les moyens dont on dispose. Enfin, ce n’est absolument pas la tactique des F.T.P. basée essentiellement sur la guérilla. Toutefois, j’enverrai une mission de liaison.

Monnier sorti, Laurent me fait remarquer que ce genre de choses risque d’amener des emmerdements (sic).

Dans la soirée, ainsi qu’il avait promis, Laurent désigne une mission pour Valréas . Elle est composée, du Lieutenant Fifi (Fajardot), de Serge, de Renzo, de Claude (Chaze) et de Louis le chauffeur.

Dans l’après-midi (10 juin 1944), la mission Fajardot arrive à Valréas. Claude est envoyé pour prendre le commandement d’un groupe qui tient barrage sur la route d’Orange.

Cependant qu’un autre barrage tenu par le groupe Coulouvrat (A.S.) est mitraillé par deux avions, un des membres du groupe, Roger (Chaiffre), réfugié de Marseille chez Coulouvrat père un paysan des environs et qui a rejoint les F.F.I. la veille, prend le F.M. et tire sur un des avions, debout au milieu de la route. Cette action présentée comme un « acte héroïque » relève plutôt de l’inconscience, incitant évidemment les Allemands à revenir en force.

Dans la journée, Monnier qui jusque-là faisait partie du dispositif A.S. portait un brassard « A.A. » (Armée Alliées), revient avec un nouveau brassard portant le signe F.T.P.F. et réunit un groupe composé de Genot qui en est le chef, Coutton, Veyrenc, Barthelémy Raoul et Antonin, Vard Claudius et Henri, Brocheny, Cheyron, Gaillard et MancellonPierre, Paul et Antonin.

Bouchet qui commande un autre barrage et quelques autres, troqueront leur brassard contre celui des F.T.P.F. Le lendemain 11 juin, Armand prend à nouveau contact avec le Lieutenant Georges.

Le 12 juin, Armand part à moto de Suze-la-Rousse pour avertir le commandement de Valréas de l’arrivée d’une colonne composée de camions et de voitures blindées. Après avoir traversée Bollène, elle se dirige vers Valréas. Au passage il prévient Bouchet qui tient un barrage route de Beaume et se rend au P.C. N’y trouvant pas le Lieutenant Georges il part pour Taulignan où il contacte enfin, sur une position dominant le village. Le Lieutenant Georges et son adjoint le Lieutenant Oudot, décident le repli sur Valréas.

 

(1) Nous comprenons dans cette demande que les effectifs des maquisards est loin d’être en nombre pour tenir les divers barrages de la ville.

 

Commenter cet article

Archives

À propos

L'association créée le 20 novembre 1971 sous la présidence d'Henri Guillard, pour donner suite à la dissolution du Comité du Monument aux Morts créé le 19 décembre 1946, présidée par le docteur Émile Quet, n'a pas failli pendant des années à son engagement à s'interposer, à proposer et à s'indigner s'il le fallait pour défendre les valeurs de ce Mur où 53 personnes ont trouvé affreusement la mort. Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci