Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci

08 Sep

Valréas pendant la guerre et sa situation géographique

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS  - Catégories :  #Histoire

Valréas et l'enclave, terre vauclusienne enracinée dans le département de la Drôme

Valréas et l'enclave, terre vauclusienne enracinée dans le département de la Drôme

Lors des événements de juin 1944, la résistance de Valréas fut rattachée à celle de la Drôme, au vu de sa situation géographique enclavée dans la Drôme tout en étant un canton vauclusien. Fallait-il comprendre que les divers maquis vauclusiens n'avaient lieu de se rapprocher de ce terroir par nécessité de lui laisser la libre initiative de créer son propre maquis, voir de le partager par la résistance drômoise  sur une terre qui lui était plus favorable à l'engagement de résister ? Pour autant, l'engagement de résister était aussi un engagement politique qui se devait de rester Vauclusien, dont le département était bien rattaché à la région « Provence » et ne devait par la suite laisser libre de prendre d'autres directives que celle d'une politique acquise au département du Vaucluse et de sa région.

C'est ce que le Parti Communiste de Marseille avait bien compris, en envoyant un « émissaire 1» résistant pour prendre le commandement des F.T.P. de Valréas et ce malgré la riposte des communistes de cette ville.

Après le massacre du 12 juin 1944, bien des cérémonies se sont suivies pour perdurer la mémoire de cette tragédie, mais malgré cela on a pu voir et surtout constater par notre présence à ces diverses cérémonies que le site de Valréas était loin d'être pris en compte par certains élus du département du Vaucluse et au plus les années passent, nous constatons une présence de plus en plus minime, si ce n'est absente. La cérémonie commémorative du 75ème anniversaire en est la preuve : absence de plusieurs élus locaux, absence du président du département (dont je n'ai jamais vu sa présence depuis son mandat) de la député de la 4ème circonscription et tout cela non excusés ! Puis, il nous faut aussi intervenir sur certains sites d'Internet, où le lieu de Mémoire de Valréas est absent ou manque de précision, voir aussi d'inexactitude ou incohérence dans certains écrits.

 


 

1En fait, tout se passe comme si Roger CHAIFFRE alias "Roger", envoyé de Marseille par le parti communiste [ou (et) les FTP], avait une mission précise, après le débarquement de Normandie le 6 juin, dans une région où les Francs-Tireurs ont une forte présence : dans le secteur Sud-Drôme, au début juin 1944, quatre bataillons FTP côtoient deux bataillons AS. "Roger" se doit d'obtenir que les FTP aient un rôle clé dans l'insurrection locale (Taulignan-Valréas-la Lance, le Nyonsais), voire dans la Résistance départementale. A posteriori, l'ascension de "Roger", dans le sud-est de la Drôme, puis dans le département - qui suit la répression sanglante de Valréas-Taulignan, validerait cette hypothèse. 

Il est bien connu que les forces de la Résistance, unies sur un projet ambitieux de libération nationale et d'émancipation humanitaire mondiale, sont aussi un rassemblement d'organisations et de personnes poursuivant leurs propres objectifs. André Chaiffre est un de ceux qui, singulièrement, originaire de Marseille, signale l'influence phocéenne dans la Drôme et semble affirmer la volonté communiste de charpenter un rayonnement politique qui se dessine, de faire concrètement la place des FTP dans le commandement militaire des FFI au plus haut niveau. Il n'est pas surprenant que les chefs locaux et même régionaux de sa propre organisation, les FTP, sur le terrain souvent depuis 1943 et même parfois avant, aient contesté ce qui leur apparaît comme un chapeautage inadmissible et incompréhensible de dernière minute. Mais le contexte général est marqué par l'accélération vertigineuse de la guerre ; déjà, la question d'une nouvelle république se pose, le programme du CNR est en route. Chaiffre est un combattant, apparemment homme d'un parti qui a la ferme intention, comme d'autres éléments des différentes forces du mouvement résistant, peut-être davantage ou en tout cas autrement, de participer au gouvernement de la France libérée.


 

Auteurs : Michel Seyve 
Sources : Dvd-rom La Résistance dans la Drôme-Vercors, éditions AERI-AERD, février 2007.


 

Commenter cet article

Archives

À propos

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci