Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'association créée le 20 novembre 1971 sous la présidence d'Henri Guillard, pour donner suite à la dissolution du Comité du Monument aux Morts créé le 19 décembre 1946, présidée par le docteur Émile Quet, n'a pas failli pendant des années à son engagement à s'interposer, à proposer et à s'indigner s'il le fallait pour défendre les valeurs de ce Mur où 53 personnes ont trouvé affreusement la mort. Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci « Savez-vous vivants, que sur cette bordure qui longe ce mur, que vos pas chaque jour foulent, des suppliciés se sont couchés sous les balles de l'ennemi, nul cri ne s’élèvera, les morts sont disciplinés ! »

21 Jun

Les réfractaires du S.T.O. à Valréas et ses alentours

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS  - Catégories :  #Histoire

Les réfractaires du S.T.O.   à  Valréas et ses alentours

Réfractaires du service du travail obligatoire en Allemagne, ils se devaient de « fuir » pour outre passer cette obligation instituée par l'Allemagne mais aussi par la collaboration de Vichy. Ils se devaient grâce à des aides extérieures, médecins qui leurs fournissaient de faux certificats médicaux mentionnant un état de santé incompatible avec le travail demandé, où plus encore, le refuge dans les divers maquis de la région et entre autre celui de la Lance .

Chastan Pierre - Vive la quille - Vive De Gaulle - A bas Pétain - Laval au poteau

Et si l'étape avant de rejoindre le maquis, était un petit cabanon où le réfractaire devait attendre d'être pris en charge par un responsable, qui devait être sûr si la personne concernée était bien réfractaire, et non une personne qui avait ordre de s'infiltrer dans les groupes de maquisards afin de renseigner l'ennemi. Une stratégie qui grâce à bien des infiltrer ont coûté la vie à nombre de résistants.

 

A Valréas et dans les alentours nombre de ces cabanons sont présents, dans divers champs et vignes.

Celui que nous avons pu découvrir se trouve face à la Lance, des inscriptions y sont présentes, gravées sur les murs intérieurs. Une attente parfois longue, qui laissait à penser de mettre « son empreinte » avant de rejoindre pour de longs jours une autre vie, loin de la famille.

Une partie de la liste de noms gravés dans ce cabanon

A noter : De cette liste de noms recueillie sur les murs, il est possible que certains n'ont rien à voir avec la Seconde guerre mondiale, peut-être des inscriptions de personnes de passages dans les années suivantes . Mais des dates inscrites que nous avons recueilli nous confortent sur certains noms.

Commenter cet article

Archives

À propos

L'association créée le 20 novembre 1971 sous la présidence d'Henri Guillard, pour donner suite à la dissolution du Comité du Monument aux Morts créé le 19 décembre 1946, présidée par le docteur Émile Quet, n'a pas failli pendant des années à son engagement à s'interposer, à proposer et à s'indigner s'il le fallait pour défendre les valeurs de ce Mur où 53 personnes ont trouvé affreusement la mort. Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci « Savez-vous vivants, que sur cette bordure qui longe ce mur, que vos pas chaque jour foulent, des suppliciés se sont couchés sous les balles de l'ennemi, nul cri ne s’élèvera, les morts sont disciplinés ! »