Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci

12 Jun

Allocution de Michel Reboul, 12 juin 2020!

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS  - Catégories :  #Cérémonie d'hommages

Allocution de Michel Reboul, 12 juin 2020!

Allocution du 12 juin 2020 - Michel Reboul

 

N'étant présent à la cérémonie du 12 juin 2020, je tenais à faire une allocution, certainement la dernière.

 

Résister aujourd'hui, comme ils ont osé le faire dans le passé !

 

Devons-nous persister à comprendre le passé , sachant que le présent est loin de nous rassurer ?

En cette période, d'une « guerre déclarée », qui n'est autre qu'une pandémie, nous sommes à même de nous poser la question.

 

Hier, le silence était de rigueur dans bien des familles sur les diverses tragédies de la seconde guerre mondiale, les enfants bien souvent ignoraient ce que vécurent leurs aïeuls.

La troisième génération, que ce soient les petits-enfants, les neveux et nièces a voulu comprendre et surtout savoir, pourquoi et comment toutes ces personnes ont été meurtries dans un laps de leur vie.

Aujourd'hui encore 76 ans après, des récits et témoignages apparaissent.

Devions-nous poursuivre à comprendre, à savoir malgré toutes les recherches entreprises de ces faits de guerres auxquelles bien souvent des ombres perfides, dissimulaient certaines vérités ?

Sur les vérités, de tous ces bourreaux qui n'ont eu de cesse de drainer le sang dans le paysage d'une France mutilée.

Sur les raisons que tous ces tortionnaires ont pu obtenir pour continuer une vie paisible, sans inquiétude, sans remords, sans pardon ! Amnistie-Immunité, les beaux mots pour échapper à une condamnation !

À Valréas, ce 12 juin 1944 fût une tragédie épouvantable pour nombre de familles, 53 fusillés. Qui était le vrai responsable de cette tuerie ? Encore aujourd'hui, nous nous posons la question.

Des officiers présents, capitaine, lieutenant ont tous plus ou moins été disculpés, alors que cette troupe « de la 8ème Compagnie Brandebourg », de sa sanglante randonnée dans le Sud de la France a laissé derrière elle tant de malheurs, tant d'ignominie....de massacres !

 

Nombre de ces responsables, ont loin été jugés, si ce n'est amnistiés comme des délinquants notoires ! Poursuivant pour la plupart une vie paisible, jusqu'à sans état d'âme pour celui présent à Valréas et auteur de divers crimes dans le Sud de la France, Helmut Demetrio, lieutenant de la 8eme Cie Brandebourg. Pouvons-nous pardonner de telles atrocités, telle que la torture, la mort par des actes abominables, pouvons-nous même pardonner des actes inqualifiable de personnes dépositaires de l'autorité militaire ou administrative du gouvernement de Vichy ? Non !

 

La guerre n'était pas le métier des jeunes volontaires qui s'engageaient dans un camp en 1943 et n'avaient aucune expérience des armes, ce qui rendait leur formation complexe, quelques fusils et une poignée de munitions. 

C'est seulement à partir d'août 43, des parachutages anglais livrèrent les premières mitraillettes anglaises et des pistolets à barillets gros calibre, des explosifs et des grenades. Valréas était bien loin d'être lourdement armé !

Comme bien des « guerres » de nos jours, où les munitions ne sont pas au rendez-vous pour une paix désirée ou d'autres tombent du ciel pour tuer bien des victimes innocentes.

A Valréas et dans sa région, l'activité résistance se développe à partir de 1943. Dès le mois de décembre 1942, en effet, un premier groupe d'une dizaine de patriotes venus des cantons de Valréas, Nyons et Saint-Paul-Trois-Châteaux se réunit autour du Pasteur Bonifa.

Ancien combattant de la guerre 14-18, le Pasteur Bonifa est le maître à penser de ces hommes qui tiennent leur premières réunions chez le Pasteur Seignol, à Valréas, et qui se fixent pour première tâche d'aider des juifs pourchassés.

Il fallait composer avec le cru de ceux qui se soulevaient contre l'envahisseur. Qu'ils soient chefs de groupe de résistants ou chefs civils, il fallait improviser sur les diverses manœuvres « militaires » ou « civiles » - Le combat est une stratégie que l'on apprend dans les écoles militaires et dont les politiques en sont aussi les maîtres d’œuvres quand une guerre est déclarée.

La bienfaisance a toujours été l'âme de notre enclave auprès des plus démunis, et le présent tout dernièrement dans cette pandémie, nous l'a bien démontré, par l'engagement d'aider les autres, une forme de résistance.

Ce 12 juin 1944, ils étaient une poignée route d'Orange face à cette armée. Malgré le courage de ces jeunes résistants , seuls sans ordre de repli ils ne purent rejoindre leurs Chefs et camarades de combat qui avaient rejoint le maquis, laissant la population aux mains des tortionnaires.

Rassemblés avec d’autres résistants et otages au niveau du Portalon, ils seront conduits vers la route d’Orange, ils étaient là, eux, face à ce mur, à attendre la mort, 46 furent fusillés, coups de grâce, seuls 4 rescapés survivront. Pendant l’attaque 7 résistants et otages seront tués. La population digne, elle, de sa présence, rassemblée sur la place de la Mairie sera épargnée au vu de ce sacrifice.

N'ayez pas peur de comprendre le passé, dont bien des images aujourd'hui, nous révèlent des actes insensés et dont nous sommes à même, nous familles meurtries de ce passé, de condamner.

Résister aujourd'hui, comme ils ont osé le faire dans le passé !


 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci