Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci

23 Apr

Journée Nationale des Victimes et Héros de la Déportation

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS  - Catégories :  #Cérémonie d'hommages

Journée Nationale des Victimes et Héros de la Déportation
Gerbe de l'association

Gerbe de l'association

Cette année 2020, la cérémonie commémorative en souvenirs de nos déportés, n'aura pas lieu au vu de cette pandémie, mais nous aurons une pensée pour tous celles et ceux qui ont subi cette période tragique et dont bien des milliers ne sont pas revenus de ces camps d'extermination. Une gerbe au nom de notre association sera déposée ce dimanche 26 avril 2020. 

Déportés

Jean Gontier

Déporté de 1943 à 1945 (Struthof-Natzwiller / Bergen-Belsen / Neuengamme – matricules 3648/334/26121)

Témoignage détenu par l'association :(extrait)

J'AI PLEURÉ TROIS FOIS

Mémoires de Jean Gontier, de 1940 à 1945. Déporté

Du 15 mars 1943 au 3 mai, je suis resté 40 jours Travailleur libre au titre du STO, 24 mois déporté

Il y avait à côté de chez nous à Valréas, un petit état major français; après l'armistice en 1940 sont arrivés des militaires Italiens venus désarmer cet état-major; tous les gens du quartier étaient là, humiliés en silence. J'avais 17 ans, j'ai sifflé et injurié ces militaires étrangers, le Capitaine Français est venu me faire taire, mon père m'a fait rentrer à la maison, là, la rage au coeur,...

J'AI PLEURÉ...

A notre libération du camp de concentration de Vogledine, après le passage de deux Américains, est arrivée une jeep avec quatre militaires Français, d'où l'insigne tricolore;

J'AI PLEURÉ...

Libéré début mai 1945, rapatrié par avion sanitaire le 5 juin 1945 à notre débarquement au Bourget, voir le sol de la France,

J'AI PLEURÉ...

En février 1943, un décret de Vichy institut un service du travail obligatoire de deux ans en Allemagne nazie (S.T.O.)

(…)Le 4 mai 1943, on nous a embarqués dans des camions gardés par des militaires armés en direction d'un camp. C'était le camp de la mort du Struthof Natzviller !!! En rentrant dans le camp, nous sommes passés en revue par un officier SS qui faisait des va-et-vient devant nous en hurlant des paroles que nous ne comprenions pas et distribuant des coups de cravache, j'en pris un à travers la figure. Ma première vision : des squelettes vivants, assis contre une baraque, essayant de casser des cailloux ; un homme un peu mieux loti qui tombait, se relevait en poussant une brouette.(…)

Christophe Haro

Déporté du 6 avril 1944 au 5 mai 1945 (KLM Mauthausen – Gusen I – Gusen II

Ma déportation

La Classe 42 était partie. Nous la 44 nous voulions résister. C'est le 2 janvier 1944 que j'ai laissé le nougat royal pour aller au maquis. Au bout d'un mois à attendre dans une ferme, je reviens voir mes parents à Montélimar. Au retour je passe par Charols où je tombe sur la Gestapo. Nous sommes cinq à être conduits à l'hôtel du Parc à Montélimar. Nous passons là 24 heures, menottes au dos contre le mur. Le 8 février c'est l'entrée au Fort Montluc (Prison). Le 16 je passe à l'interrogatoire de Barbi à la Santé (Prison) ;

Début mars, on nous mène à Compiègne. Le 6 avril 44 c'est le grand départ pour l’Allemagne. Le 9 au soir, nous arrivons au camp KLM Mauthausen (3 jours sans dormir, ni manger). Un mois plus tard, je passe au camp de Gusen I et je travaille au tunnel Saint Georges. Huit jours après je rentre au Gusen II et cela va durer jusqu'au 28 avril 1945, date à laquelle, nous recevons un colis de la Croix Rouge Suisse. Nous revenons au camp central de Mauthausen et nous sommes mis en quarantaine ce qui n'est pas bon signe. Mais le 5 mai 1945, le drapeau blanc remplace la Croix gammée. Nous sommes libres dans le camp, mais il n'y a plus de ravitaillement. Le 19 mai on nous emmène à l'aérodrome de Lins, nous couchons à la belle étoile. Le 20, notre D.C.4 nous laisse au Bourget. Nous couchons deux nuits à l'hôtel Lutecia et le 22 mai à Montélimar, je retrouve mon père qui n'a pas pu me reconnaître....J'ai fait un mois d'hôpital, puis quinze jours de repos à Aiguebelle.

Témoignage  (détenu par l'association)

Charles Marro

Arrêté le 18 juillet 1944 à Montélimar, Interné au Fort de Montluc vers le 1 août 1944 au Camp du Struthof. Déporté en Allemagne (Dachau – Mauthausen- commando à Melk)

Devant l'avancée des troupes alliées, déplacé dans le Tyrol (Autriche) au camp d' Élensée. Survivant rapatrié en France.

Albert Picard

Résistant arrêté le 17 juin 1943 jusqu'au 3 juillet 1943, comparant devant le Tribunal de Breil (Alpes-Maritimes), juridiction Italienne. Déporté du 3 juillet 1944 jusqu'au 5 juillet 1944, date de son évasion du Camp de Fossano (Italie). Reprend du service en Italie avec les partisans Italiens et Français jusqu'à la libération.

Georges Pérignat

Né le 19 octobre 1918 à Lyon – Service militaire du 27 novembre1939 au 15 janvier 1941 8ème Régiment de Dragons, Arme Cavalerie n°15 à Orange. Francs Tireurs Partisans Français (FTPF) – Force Française Libre (FFI) 15ème Région Militaire département du Vaucluse. Alias Antoine.

Du 01 avril1943 au 03 octobre1944 déporté à Dachau. Centrale d'Eysses du 12 janvier1944 au 30 mai1944 – Matricule 3692 (condamné aux Travaux forcés à perpétuité – annulé le 06 juillet 1945). Du 30 mai1944 au 27 mai1945 déporté à Allach, puis Dachau matricule 73856. Rapatrié le 27 mai 1945 par la Croix Rouge.

Albert Collin

Résistant Déporté

Entre en Résistance en 1942 dans l'O.R.A.  (Organisation de la Résistance Armée), Officier retraité – résistant arrêté en Bretagne par la Gestapo en mars 1944. Interné à Compiègne – Déporté à Mauthausen – Dachau -Neuengamme. …....... Disparu

Louis Ducol

Résistant déporté. Âgé de 36 ans. Arrêté le 27 novembre 1943 (ravitaillement- dépôt des camps de maquisards), à sa ferme situé à la « Charbonnière » hameau de l'Estellon (Drôme).

Interné au Fort Montluc – Compiègne – Déporté à Buchenwald – Flosenburg – Hradishko

Grièvement blessé par un garde SS sur le chemin du retour du travail (creuser une tranchée anti-chars autour du camp) en ra­massant un pissenlit, le 10 août 1945. Mort à l'hôpital (recueilli par les Tchèques), témoins qui ont permis le retour de ses cendres en 1948, déposés au cimetière de l'Estellon.

Émile Romainville

Belge, entre dans la résistance en janvier 1941. Réseau de renseignements « Bayard » et de la ligne belge « Félix », évasion d'aviateur alliés abattus. Arrêté le 9 août 1943. Interné à la citadelle de Liege jusqu'à sa déportation en Allemagne le 6 mars 1944 au camp de Giostraklet ensuite Gros Rosen jusqu'au 8 février 1945. Évacué devant l'avance des armées alliées vers Dora où il a ….Disparu

Gaston André

Rejoint le Maquis Vasio en compagnie de son frère Justin. Un mouchard à la botte de l'Occupant, dénonce ces courageux résistants auprès de la Gestapo.

Prison d’Avignon du19 avril au 7 mai 1944- Prison des Bau­mettes (Marseille) du 7 au 28 mai 1944 – les Nazis avaient prévu de fusiller les 7 Maquisards de Vasio – ayant appris l'imminence de bombardements sur Marseille, la décision est prise de les transférer à Compiègne – Royaleux – Frontstalag 122 – du 29 mai au 3 juin 1944. Les prisonniers ignorent qu'ils se trouvent sur la plate-forme orientant les futurs déportés vers les camps de concentration. Près de 53000 déportés ont en effet transité par cette structure dont les rouages étaient méthodiquement organisés par les SS.

Plusieurs déportés, dont Gaston André, sont transférés le 2 juillet au camp de concentration de Sachsenhausen, à 30 kms au Nord de Berlin  les Allemands évacuent Sachsenhausen et commence alors la sinistre “Marche de la Mort”, en direction de l'Ouest, les déportés épuisés qui ne parviennent pas à suivre sont abattus d'une balle dans la tête et laissés dans le fossé. Ce sont des soldats Soviétiques qui délivreront Gaston André du joug nazi le 4 mai 1945, près de Rostok, proche du littoral de la Mer Baltique  Les déportés français seront remis peu après aux Autorités Alliées et Gaston André rentrera en France le 25 mai 1945.

Source : Association des Familles de Fusillés, déportés, Internés, Résistants, Patriotes et Amis - Valréas

Commenter cet article

Archives

À propos

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci