Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci

13 Jun

Valréas 12 juin 2016

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS  - Catégories :  #Cérémonie d'hommages

Toile  du peintre Bernard Merle en 2003

Toile du peintre Bernard Merle en 2003

Allocution devant le Mur, de Michel Reboul, président des familles de fusillés de Valréas.

Il y a 72 ans, ce 12 juin 1944 , Valréas subissait le plus important massacre de la région.

53 personnes, dont 27 résistants et 26 otages, périrent sous les balles de l'armée allemande influencée par une politique idéologique extrême du nazisme.

Tués dans la campagne, en ville ou fusillés devant ce mur, sans oublier les 4 fusillés-rescapés, rendons-leur hommage.

La résistance était bien présente à Valréas où nombre de ces jeunes réfractaires du Service du Travail Obligatoire en Allemagne, cachés dans diverses fermes ou maquis, sont venus grossir leur rang. Leur jeunesse et leur expérience à la guerre étaient loin d'être à la hauteur d'une armée aguerrie. Ils venaient de toutes horizons.

13 heures, les premiers coups de feu , les allemands encerclent la ville

Les résistants quittent la ville pour se réfugier sur la Lance, trop tard pour le groupe Émile Bouchet et Lucien Génot posté sur la route de Baume de Transit , dont Coutton Joseph, Raynaud Pierre, Bonnavent Jacques, Raud Raymond, Barthélemy Raoul, Varenc Jean, Guinard Raymond, Buey Alfred, Huber René, Grimaud René, Renzo Roger, Constant Roger dit “Calas” furent capturés , Carrière Raymond est blessé mortellement à la Romezière.

D'autres résistants sont arrêtés en ville, dans la campagne ainsi que 26 otages civils.

Hommage que nous leur rendons tout au long de l'année dans diverses interventions ou écrits.

N'oublions pas non plus toute cette population rassemblée sur la place de la mairie, entourée de chars et d'auto-mitrailleuses. Des hommes, des femmes, des enfants en pleurs.

Du haut du kiosque, ce kiosque disparut aujourd'hui, un officier allemand menace de détruire la ville. Rappelons-nous ! Deux jours avant, ce 10 juin 1944, Oradour sur Glane où 642 habitants de ce village ont été massacrés, brûlés vifs dans leur église. Tous les habitants de Valréas à cette époque seront des survivants, aujourd'hui encore, nombreux parmi nous se souviennent de cette effroyable journée.

Quand serait-il si Jules Niel, destitué de ses fonctions de Maire, mais arborant son écharpe n'était pas intervenu?

N'oublions pas non plus, les secouristes, pompiers qui ont eu la tache très difficile de remplacer les survivants du Mur par les morts de la campagne, pour que les Allemands aient leur compte le lendemain du massacre.

N'oublions pas non plus, Jeanine Talmon, infirmière en chef de la Croix Rouge accompagnée de son infirmière Mireille Montabaranom, qui s'est opposée à un officier allemand pour empêcher le déplacement des cadavres.Les exécutés devaient être transportés par camion pour être enterrés quelque part, ce qui aurait permis aux Allemands de découvrir les blessés.

N'oublions pas non plus, le courage de ces résistants, combattants volontaires , dont le fusillé-rescapé Émile Bouchet et d'autres Valréassiens, rejoignant les Forces Françaises de l'Intérieur pour repousser jusqu'en Maurienne et au-delà ces soldats allemands qui avaient terrorisé leur pays.

Ce 12 juin 1944 appartient à tous ceux qui ont été témoins de cette horrible journée.

Des récits, des témoignages, des livres ont fait l'histoire de cette période tragique.

Chaque président de notre association des familles de fusillés apportera une pierre à l'édifice du souvenir des martyrs de Valréas.

Les édifices voulus par le Comité du Monument aux Morts, les plaques anniversaires et souvenirs déposées à ce jour, font de nos engagements depuis plus de 70 ans, l’œuvre d'une tragédie immuable.

Il est un héritage douloureux, qui nous interpelle aujourd'hui, au vu d'une recrudescence grandissante de haines.

Les massacres, les atrocités d'hier se répètent.

Souhaitons, que tous les enfants, nos enfants, nos petits-enfants ne marchent pas dans les mêmes pas si dramatiques.

Pour eux, dans leurs yeux, il ne doit y avoir ni race, ni couleur si ce n'est le vivre ensemble.

Valréas se souvient, aujourd'hui, comme hier .

Commenter cet article

Archives

À propos

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci