Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci

11 Sep

F.T.P.F. et A.S. de la Lance

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS  - Catégories :  #Témoignages

F.T.P.F. et A.S. de la Lance

Quelques souvenirs des maquis

F.T.P.F. et A.S. de la Lance

Le 1er juillet 1943, Raoul Barthélémy vient m'avertir à la Cote, qu'un car du G.M.R. est arrêté au garage Ginoux à Valréas et que des jeunes du maquis de la Lance (dont Rousson, Hugues et d'autres) sont à l'intérieur.

Je descends tout de suite à Valréas dans l'intention de profiter de la sortie des usines (entre autre Aubéry) pour grouper les ouvriers autour du car et essayer de faire, libérer les prisonniers... mais nous n'avons pas été assez rapides et le car est reparti sans que nous ayons pu intervenir.

Deux jours plus tard, je pars avec Raoul Barthélémy à vélo jusqu'à Teyssières pour rejoindre des maquisards qui avaient pu s'échapper. Là un paysan nous conduit à une cabane en branches qu'il avait construite et où nous retrouvons le chef de camp A.S., Deschamps, Pierrot Mancelon et d'autres. Ainsi, Marius Gras, responsable A.S (Armée secrète) de Valréas peut reprendre contact avec Deschamps.(...)

Mais revenons au 29 janvier 1944

Les Allemands, en embuscade, attendaient donc la camionnette des maquisards dans la rue Pasteur, face au bureau de tabac « Aubert ». Au cours de la fusillade, trois maquisards furent tués : Poinas, Genevès et Stivalet, un fut fait prisonnier, les autres réussirent à s'enfuir ou à se cacher (en particulier chez monsieur Gras, le boiteux). Raoul Barthélémy m'avertit qu'il avait recueilli un F.T.P.F., qui s'était échappé et qu'il l'avait conduit à la Matte. Nous repartons à la Matte et là je demande au F.T.P.F. de rejoindre son maquis et d'avertir son chef de camp afin qu'il descende dans la soirée chez moi pour organiser la « récupération du prisonnier ». Entre temps, j'essaie de me renseigner pour savoir où ce prisonnier a été conduit. Vers huit heures du soir, le chef Riquet et quelques autres arrivent à la Matte. La discussion est longue. On décide enfin que deux d'entre nous resteront et essayeront le lendemain matin de récupérer le prisonnier au départ des cars. Malheureusement, les allemands l'avaient déjà envoyé vers d'autres lieux. (...)

Extrait du témoignage d' André Monnier responsable des Jeunesses Communistes en Juin 42. Responsable des F.T.P.F. Locaux jusqu'à la Libération

Témoignage à lire dans :http://www.12juin1944valreas.com/2015/08/valreas-se-souvient.html

Commenter cet article

Archives

À propos

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci