Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci

13 Jun

Raymonde d'Isernia, rescapée du 12 juin 1944

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS

Raymonde, rescapée du massacre

 

Âgée de 81 ans, Raymonde d'Isernia était à Valréas le 12 juin 1944, quand les Allemands ont fusillé 53 personnes, dont son père. Inlassablement, elle témoigne d'un drame que la commune de l'Enclave commémore aujourd'hui

L'émotion à fleur de peau, assise à la Maison du combattant, à Avignon, Raymonde d'Isernia raconte la terrible histoire des fusillés de Valréas. Une histoire qui touche à l'intime, car elle a perdu son père, Louis d'Isernia, lors de cette journée du 12 juin 1944. Traumatisée à vie, Raymonde se replonge dans ce pan de sa vie avec la même intensité qu'il y a 70 ans. La voix chevrotante et les yeux humides, elle narre avec force les quelques jours qui ont changé à jamais sa famille et sa vie. "Mon père a mal vécu la capitulation et l'occupation française, il a alors décidé, dès 1942, de faire partie de la Résistance, explique la présidente départementale de l'Association des déportés, internés, résistants et patriotes (ADIRP). Il a utilisé l'imprimerie familiale pour réaliser nuitamment des tracts et des faux papiers pour les juifs et les résistants."

Le frère de Raymonde d'Isernia prend le maquis lorsqu'il est appelé pour le STO (service du travail obligatoire) et revient de temps en temps à la maison en compagnie d'autres maquisards. La situation dangereuse dont tout le monde a conscience, même la petite Raymonde alors âgée de 11 ans, perdure ainsi quelques mois, jusqu'à celui, terrible, de juin 1944. "Après le Débarquement en Normandie, je croyais que la guerre était finie, se remémore Raymonde d'Isernia. J'étais très contente mais j'ai vu en regardant mon père que cela n'était pas aussi simple."

Le 8 juin, Valréas passe sous la coupe des résistants, jeunes et inexpérimentés pour la plupart. Son père s'occupe de l'intendance et, face au sentiment d'inquiétude qui grandit, il demande à sa femme et à sa fille d'aller se réfugier à Grillon.

"On y est allé mais nous sommes revenues dès le lendemain, ce fameux 12 juin, car ma mère ne pouvait rester loin de mon père, confie la greffière retraitée. On l'a retrouvé à la cantine de la ville alors que la sirène annonçait l'arrivée de l'armée allemande. Après avoir reçu l'ordre de repli, on a tous pris la route avant d'être encerclé par les Allemands."

Malgré une tentative de fuite, les résistants, Raymonde et ses parents sont capturés et ramenés vers Valréas : "On s'avançait vers notre mort, mon père le sentait et, à un moment donné, il a fait un geste à ma mère pour qu'elle nous mette à l'abrielle et moiElle a alors demandé à un officier allemand de s'arrêter pour que je me repose, ce qu'il nous a accordé, en répondant en français." Puis des coups de feu ont déchiré le silence. Sporadiques. Avant une rafale interminable. À côté du monument aux Morts, 27 résistants et 26 civils ont été fusillés devant un mur. Parmi eux, quelques survivants blessés, aidés dans la nuit par la Croix-Rouge. Les tués seront enterrés trois jours plus tard.

Depuis, Raymonde d'Isernia, qui assistera aujourd'hui à la commémoration des 70 ans de ce tragique épisode (lire le programme en encadré), trouve le courage de raconter son récit, non parce qu'elle en a un besoin cathartique, mais plus par nécessité du devoir de mémoire : "Le plus important pour moi désormais est de continuer à transmettre cette histoire pour éviter qu'elle ne se reproduise."

Source : La Provence du jeudi 12 juin 2014

Raymonde d'Isernia  devant la sculpture du rond Point du 12 juin 1944

Raymonde d'Isernia devant la sculpture du rond Point du 12 juin 1944

Commenter cet article

Archives

À propos

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci