Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci

04 Jun

Sanglante randonnée

Publié par 12 JUIN 1944 VALREAS  - Catégories :  #Livres

 

Extrait du livre « Sanglante randonnée » de Olivier Pigoreau)

 

Des voyous, des bourgeois, des prolos, des étrangers

 

La 8ème compagnie de la Division Brandebourg s'est rendue coupable, en 1943 et en 1944 dans tout le Sud-Est de la France, et plus particulièrement dans les départements du Gard, du Vaucluse, de la Drôme, des Basses-Alpes et des Bouches du Rhône, d'un très grand nombre de crimes de guerre .

La division allemande « Brandebourg » était une unité autonome, qui opérait sous le contrôle direct de la branche « Sabotage » du haut commandement des forces armées allemandes (Oberkommando des Wehrmarcht, Abwehr II)

 

Le personnel de la Division Brandebourg était composé d' Allemands, ayant vécu à l'étranger et parlant couramment plusieurs langues étrangères ainsi que des étrangers de diverses nationalités. La plupart de ces éléments étaient depuis de longues dates agents de la S.R. Allemand.

La 8ème Compagnie comprenait également un certain nombre de volontaires français.

Cette unité dites antiterroriste, a exercé son activité dans le Sud-Est de la France, pendant 9 mois, de décembre 1943 à août 1944. Les enquêtes établis à la libération ont permis d'établir que, pendant ce très court laps de temps, cette unité a pris l'initiative d'un très grand nombre d'opérations qui ont provoqué le décès de plusieurs centaines de personnes : le bilan des destructions et dévastations n'a pu être établi avec exactitude.

 

Novembre 1943 – 10 janvier 1944

 

  • Le poste de commandement de la compagnie , capitaine TRAEGER est établi à Villeneuve les Avignon (Gard)

  • le dépôt de l'unité s'est installé à la Citadelle de Pont-St-Esprit (Gard) sous la direction du Lieutenant DEMETRIO

  • A Toulon Un groupe commandé par l'aspirant SCHWINN et en son absence par le sergent SOHN.

  • A BANDOL. Un second groupe, aux ordres du lieutenant STRIFFLER, de l'adjudant FELDMANN dit capitaine de VALERA, et de l'adjudant RICHTER.

  • En fin décembre 1943, les deux équipes ci-dessus, de BANDOL et de TOULON, fusionnèrent ensemble et établirent le siège de leurs opérations à BANDOL.

 

10 Janvier 1944 – fin Mai 1944

 

Les postes de VILLENEUVE-LES-AVIGNON et PONT-SAINT-ESPRIT restent en place sans modification, mais le poste de BANDOL est divisé de la façon suivante :

Helmutt Demetrio , leutenant (lieutenant) de la 8e compagnie Brandebourg.(1)

 

En Ardèche, dans la Drôme et le Gard, la 8e compagnie poursuit ses opérations depuis Pont-St- Esprit et Vivier où la 1re section venue de Gironde, s'installe début mars 1944.

Les « Brandebourgeois » s'installent à l'hôtel Pottier, situé à la sortie de la ville Comme tous ceux fréquentés par les hommes de la 8e compagnie, l'établissement ne tarde d'acquérir une sinistre réputation.

A Pont-St-Esprit, le 6 mars, les hommes de Träger réalisent un coup de filet dans les milieux résistants.(...) Les » Brandebourgeois » n'agissent pas au hasard. Ils se fondent sur une liste de suspects qu'un milicien avait adressée avant de tomber sous les balles des FTP (…)

Dés le 14 mai, les hommes de Schwinn repartent en chasse. Un habitant de Visan (Vaucluse) est arrêté à son domicile puis conduit à la citadelle de Pont-Saint-Esprit ainsi que cinq jeunes gens soupçonnés d'être des réfractaires STO. Tous sont libérés après avoir été dépouillés de leurs biens, menacés de mort et, pour l'un d'eux au moins, torturé. (…)

Étrangement, le Leutnant Demetrio n'aura pas à répondre devant la justice française des assassinats commis à pont-Saint-Esprit. (Les archives de la justice militaire ne comportent aucun dossier relatif à ce volet-là de l'action de la Brandebourg)

 

 

Sanglante randonnée
Commenter cet article

Archives

À propos

Ce blog a pour objet de perdurer les événements de la tragédie du 12 juin 1944 à Valréas Vaucluse, où 53 personnes dont 27 résistants et 26 otages ont été fusillés. Mis en ligne par l'association cantonale des familles de fusillés, déportés, internés, résistants, patriotes et amis (AFFDIRPA) affiliée à l'association nationale des familles de fusillés (ANFFMRFA) - Tous les articles peuvent être "copié/collé", sans oublier de mettre la source. Merci